Thème

Citations sur l'hérédité

Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts…

« Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, ins­truisent les vivants. »

Fran­çois-René de Chateaubriand
Mémoires d’outre-tombe, 1849 – 1850, tome 4, édi­tions Le Livre de poche, 2002

Il faut savoir se conserver…

« Il faut savoir se conser­ver. C’est la meilleure preuve d’indépendance. »

Frie­drich Nietzsche
Par-delà le bien et le mal – Pré­lude d’une phi­lo­so­phie de l’a­ve­nir (Jen­seits von Gut und Böse – Vor­spiel einer Phi­lo­so­phie der Zukunft), 1886, trad. Patrick Wot­ling, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2000

Nous combattons à la fois pour l’héritage des ancêtres…

« Pour­quoi nous com­bat­tons ? Nous ne com­bat­tons pas prio­ri­tai­re­ment pour la « cause des peuples », car l’identité de chaque peuple le regarde et ne nous regarde pas, et parce que l’histoire est un cime­tière de peuples et de civi­li­sa­tions. Nous com­bat­tons pour la cause du des­tin de notre seul peuple. Même dans l’action poli­tique, cultu­relle ou méta­po­li­tique la plus quo­ti­dienne, la plus terre-à-terre (et qui est indis­pen­sable), la plus humble, même dans la for­mu­la­tion de pro­grammes pra­tiques, il faut avoir en tête cet impé­ra­tif de Grande poli­tique : nous com­bat­tons à la fois pour l’héritage des ancêtres et pour l’avenir des enfants. »

Guillaume Faye
Pour­quoi nous com­bat­tons – Mani­feste de la Résis­tance euro­péenne, Édi­tions de L’AEncre, 2001

Je crois pour ma part, à l’absolue nécessité de l’existence d’une classe…

« Je crois pour ma part, […], à l’absolue néces­si­té […] de l’existence d’une classe culti­vée assez nom­breuse, mais pas trop, constam­ment renou­ve­lée aux marges : c’est à dire ouverte, chan­geant de contours, […] mais com­por­tant en son centre, et c’est bien là ce qui est le plus dif­fi­cile à faire admettre en socié­té démo­cra­tique, et c’est même presque impos­sible à énon­cer seule­ment en socié­té hyper­dé­mo­cra­tique, un noyau héréditaire. »

Renaud Camus
Le Grand Rem­pla­ce­ment, édi­tions David Rein­harc, 2011

D’où vient cette déviation de l’instinct ?

« En Afrique, cet amour anor­mal [l’ho­mo­sexua­li­té] est entré si pro­fon­dé­ment dans les mœurs que les Arabes semblent le consi­dé­rer comme aus­si natu­rel que l’autre. D’où vient cette dévia­tion de l’ins­tinct ? De plu­sieurs causes sans doute. La plus appa­rente est la rare­té des femmes, séques­trées par les riches qui pos­sèdent quatre épouses légi­times et autant de concu­bines qu’ils en peuvent nour­rir. Peut-être aus­si l’ar­deur du cli­mat, qui exas­père les dési­rs sen­suels, a‑t-elle émous­sé chez ces hommes de tem­pé­ra­ment violent la déli­ca­tesse, la finesse, la pro­pre­té intel­lec­tuelle qui nous pré­servent des habi­tudes et des contacts répu­gnants. Peut-être encore trouve-t-on là une sorte de tra­di­tion des mœurs de Sodome, une héré­di­té vicieuse chez ce peuple nomade, inculte, presque inca­pable de civi­li­sa­tion, demeu­ré aujourd’­hui tel qu’il était aux temps bibliques. »

Guy de Maupassant
Pro­vince d’Al­ger, 1884, in Au soleil sui­vi de La Vie errante et autres voyages, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio, 2015

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés