Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Auteur

Joseph Conrad

Découvrez 4 citations de Joseph Conrad

Ils avaient été des hommes qui connaissaient la peine…

« Mais en véri­té, ils avaient été des hommes qui connais­saient la peine, les pri­va­tions, la vio­lence, la débauche — mais ne connais­saient point la peur et n’é­prou­vaient aucun élan de méchan­ce­té en leur cœur. Des hommes dif­fi­ciles à diri­ger, mais faciles à ins­pi­rer, des hommes sans voix — mais suf­fi­sam­ment virils pour mépri­ser dans leur cœur les voix sen­ti­men­tales qui se lamen­taient sur la dure­té de leur des­tin. C’é­tait un des­tin et c’é­tait le leur ; cette capa­ci­té de le sup­por­ter leur sem­blait le pri­vi­lège des élus ! Leur géné­ra­tion vivait muette et indis­pen­sable, sans connaître les dou­ceurs de l’af­fec­tion ou le refuge du foyer — et mou­rait libre de la sombre menace d’une tombe froide. Ils étaient les éter­nels enfants de la mer mys­té­rieuse. Leurs suc­ces­seurs sont les fils adultes d’une terre insa­tis­faite. Ils sont moins dépra­vés mais moins inno­cents ; moins irré­vé­ren­cieux mais peut-être aus­si moins croyants ; et s’ils ont appris à par­ler, ils ont aus­si appris à gémir. »

Joseph Conrad
Le nègre du Nar­cisse, 1913, trad. Robert d’Hu­mières, édi­tions Gal­li­mard, coll. L’i­ma­gi­naire, 2007

Ah ! L’enchantement de la jeunesse !…

« Ah ! L’en­chan­te­ment de la jeu­nesse ! Ah ! Le feu de la jeu­nesse, plus éblouis­sant que les flammes du navire embra­sé, et qui jette une lueur magique sur la terre immense et bon­dit avec audace jus­qu’au ciel, et que le temps, plus cruel, plus impi­toyable, plus âpre que la mer, aura tôt fait d’é­teindre — sem­blable aux flammes du navire incen­dié cer­né par une nuit impénétrable. »

Joseph Conrad
Jeu­nesse, 1925, trad. Georges Jean Aubry et André Ruy­ters, édi­tions Gal­li­mard, coll. L’I­ma­gi­naire, 1978

Mais l’honneur…

« Mais l’hon­neur — l’hon­neur, mon­sieur !… L’hon­neur… ça c’est quelque chose qui existe — vrai­ment ! Et quel prix on peut trou­ver à la vie quand…” Il se mit debout avec une lourde impé­tuo­si­té, un peu comme un bœuf tiré en sur­saut de sa léthar­gie se dres­se­rait brus­que­ment sur ses pattes hors de son lit d’herbe… Quand l’hon­neur est per­du — ah ça ! Par exemple — je ne peux don­ner une opi­nion — parce que — mon­sieur — je ne sais pas ce que c’est.” »

Joseph Conrad
Lord Jim, 1921, trad. Phi­lippe Neel, édi­tions Gal­li­mard, coll. Du monde entier, 1965

Il y a un stade de développement où le progrès…

« Appa­rem­ment, il y a un stade de déve­lop­pe­ment où le pro­grès cesse d’être un pro­grès, non seule­ment dans les affaires, le sport, ou le mer­veilleux arti­sa­nat des hommes, mais aus­si dans leurs demandes et leurs dési­rs, et dans leurs aspi­ra­tions morales et spi­ri­tuelles. Il y a un stade où le pro­grès, pour consti­tuer une avan­cée, doit légè­re­ment inflé­chir sa tra­jec­toire. Mais cela est une vaste question. »

Joseph Conrad
Le nau­frage du Tita­nic, et autres écrits sur la mer, édi­tions Arléa, 2009

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés