Citation

Le héros était l’idéal du Grec. Peut-on dire qu’il est sublime ?

« Le héros était l’idéal du Grec. Peut-on dire qu’il est sublime ? Achille est beau. Les héros, comme les dieux grecs sont beaux. Les meilleurs des Grecs sont beaux. Le sublime, me semble-t-il, appar­tient au chris­tia­nisme. Une église est sublime parce qu’elle tend vers l’infini, comme l’idéal chré­tien de la sain­te­té qui se réa­lise dans l’au-delà. Alors que le temple grec est beau parce que le dieu est là. Le temple est la demeure du dieu où son rayon­ne­ment se ressent. »

Mar­cel Conche
Épi­cure en Cor­rèze, édi­tions Stock, 2014

À propos de l'auteur

Marcel Conche, né le 27 mars 1922 à Altillac, est un philosophe français spécialiste de métaphysique et de philosophie antique. Il a produit une œuvre à la fois abondante et variée, qui traite de nombreuses questions de métaphysique. Dans ses premiers ouvrages, il a développé une métaphysique générale et vaste, avec des études sur la mort (La Mort et la Pensée, 1975), le temps et le destin (Temps et destin, 1980), Dieu, la religion (Nietzsche et le bouddhisme) et les croyances, la nature, le hasard (L'Aléatoire, 1989), la liberté enfin. Marcel Conche est professeur émérite de philosophie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre correspondant de l'Académie d'Athènes et citoyen d'honneur de la ville grecque de Mégare. Il a été couronné lauréat de l'Académie française pour son édition d'Héraclite en 1987 et pour l'ensemble de son œuvre en 1996 avec le prix Moron (prix annuel créé en 1987 au sein de l'Académie française). Il a reçu la médaille d'honneur de la Sorbonne en 1980.