Citation

Une civilisation est, me semble-t-il…

« Une civi­li­sa­tion est, me semble-t-il, une sorte d’é­tat de grâce ou l’au­to­ri­té tuté­laire, au lieu d’é­touf­fer ses aspi­ra­tions, offre à l’homme de la Cité, pro­tec­tion et liber­té. Par pro­tec­tion”, j’en­tends un cer­tain nombre de règles de vie en socié­té qui restreignent nos liber­tés les plus anar­chiques, pour que s’é­pa­nouissent la spi­ri­tua­li­té dans cer­tains cas, dans d’autres la créa­tion artis­tique (expres­sion très géné­rale) qui est une des nobles aspi­ra­tions de l’homme sur cette terre. Même les artistes les plus athées, les plus dépour­vus de spi­ri­tua­li­té sont encore des croyants, ou alors, c’est que leur œuvre est sans âme. L’é­qui­libre à trou­ver entre la main de velours et l’ou­ver­ture à toutes les créa­tions et un des plus dif­fi­ciles pro­blèmes de ces der­niers siècles. On en connait peu d’exemples depuis l’An­ti­qui­té, je par­le­rais volon­tiers, dans ce cas, d’har­mo­nie, une har­mo­nie qui pour les bien­heu­reux pos­sé­dés par la foi se nimbe du mys­tère de la poé­sie, puis, pour les autres, est le ter­rain idéal de la spé­cu­la­tion esthé­tique et philosophique. »

Michel Déon
L’Herne Déon, Cahier diri­gé par Lau­rence Tacou, Édi­tions de l’Herne, 2009

À propos de l'auteur

Michel Déon, né Édouard Michel le 4 août 1919 à Paris et mort le 28 décembre 2016 à Galway, était un écrivain et dramaturge français. Secrétaire de rédaction de l’Action française dans ses jeunes années, sa carrière littéraire le conduisit jusqu’à l’Académie française. Ses nombreux romans (Les poneys sauvages, 1970 ; Le taxi mauve, 1973 ; Un déjeuner de soleil, 1981 etc.) le rattachent au mouvement des Hussards. Installé durablement en Irlande, isolé du monde, il n’en apporta pas moins des témoignages d’engagements fermes, notamment en signant en 1999 la pétition contre la guerre en Serbie.