Citation

Trois fées façonnent le Destin sur leur quenouille…

« Trois fées façonnent le Des­tin sur leur que­nouille et leur fuseau, de leurs doigts qui tordent les fils de la laine : c’est qu’il y a trois périodes dans le Temps, le pas­sé qui est déjà filé et dévi­dé dans le fuseau, le pré­sent qui passe dans les doigts de la fileuse ; le futur, c’est la laine enrou­lée sur la que­nouille qui doit pas­ser par les doigts de la fileuse sur le fuseau comme le pré­sent doit deve­nir le pas­sé […] On a vou­lu qu’elles fussent trois : l’une pour our­dir la vie de l’homme, la deuxième pour la tis­ser, la troi­sième pour la rompre. »

Isi­dore de Séville
vers 562 – 636

À propos de l'auteur

Isidore de Séville, né entre 560 et 570 à Carthagène et mort en 636 à Séville, a été l'évêque de Séville (Hispalis) de 601 à 636, au moment où la ville comptait parmi les grandes "métropoles" du royaume wisigothique. Issu d'une famille influente et proche de la papauté, il a largement contribué à la conversion des Wisigoths au christianisme trinitaire, parfois par la force et au prix de dures persécutions. Conscient du rôle de l'éducation et de la formation dans une Espagne devenue le conservatoire de la culture Antique, il accède à la très riche bibliothèque de Séville, avant de publier des œuvres littéraires dans des domaines aussi variés que la théologie, la grammaire, la cosmologie ou l'histoire. Considéré comme le "dernier maître de l'ancien monde", il est notamment célèbre pour son Etymologiae, encyclopédie en vingt livres qu'il rédige à la fin de sa vie.