Citation

Je me méfie un peu de ces citadins…

« Je me méfie un peu de ces cita­dins qui vivent com­plè­te­ment en dehors de la nature, ne s’en rap­prochent un peu que pen­dant les vacances, et l’exaltent d’au­tant plus faci­le­ment qu’ils sont mieux pro­té­gés contre ses coups ! »

Gus­tave Thibon
L’homme devant la nature, 1973, in Les hommes de l’é­ter­nel : Confé­rences au grand public (1940−1985), édi­tions Mame, Coll. Rai­sons d’Être, 2012

À propos de l'auteur

Gustave Thibon (1903-2001) est un paysan, poète et philosophe, issu d’une vieille souche ardéchoise dont il ne s’éloignera jamais. D’une érudition autodidacte et encyclopédique, il est l’auteur d’articles savants pour les revues de Jacques Maritain et de poèmes célébrés par Maurras. Chrétien de droite, la grande rencontre de sa vie sera celle de Simone Weil, dont il révèle l’œuvre au monde en 1947 dans le livre La pesanteur et la grâce.