Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Thème

Citations sur la convoitise

Citations sur la convoitise : découvrez 4 citations de Paul Morand, Ernst von Salomon, Sylvain Tesson, Gilbert K. Chesterton

Cette aventure française, cette vivante anecdote…

« Avec la plus vive curio­si­té, il obser­vait cette aven­ture fran­çaise, cette vivante anec­dote, abso­lu­ment nou­velle dans l’his­toire, d’un pays vic­time des agré­ments qu’il a su se créer et de la convoi­tise uni­ver­selle. Il y avait bien eu des migra­tions de races, des confis­ca­tions poli­tiques de nations, des anéan­tis­se­ments mili­taires, mais jamais ce spec­tacle d’un peuple dis­pa­rais­sant sou­dain dans son propre sol, comme par une trappe. »

Paul Morand
Madame Fred­da, in L’Eu­rope galante, 1925, édi­tions Gras­set, coll. Les Cahiers Rouges, 2013

Tout cela avait perdu sa valeur, tout cela appartenait au temps des victoires…

« Tout cela avait per­du sa valeur, tout cela appar­te­nait au temps des vic­toires, lorsque les dra­peaux pen­daient à toutes les fenêtres. Main­te­nant il n’y avait plus de vic­toires, main­te­nant les dra­peaux avaient per­du leur radieuse signi­fi­ca­tion, main­te­nant, à cette heure trouble où tout s’écroulait, la voie à laquelle j’avais été des­ti­né était deve­nue impra­ti­cable, main­te­nant je me trou­vais, sans pou­voir m’en sai­sir, en face de choses nou­velles, en face de choses qui accou­raient de toutes parts, de choses sans forme, où ne vibrait aucun appel clair, aucune cer­ti­tude qui péné­trait irré­sis­ti­ble­ment le cer­veau, sauf une pour­tant, celle que ce monde où j’étais enra­ci­né, que je n’avais eu ni à accep­ter ni à adop­ter, et dont j’étais une par­celle, allait s’effondrer défi­ni­ti­ve­ment, irré­vo­ca­ble­ment, et qu’il ne res­sus­ci­te­rait pas, qu’il ne renaî­trait jamais. […]
La désa­gré­ga­tion de l’ancien ordre jointe au déchaî­ne­ment des convoi­tises et des dési­rs les plus pro­fonds, les plus secrets, et au relâ­che­ment de tous les liens, fai­sait que tous s’éloignaient les uns des autres et il ne sem­blait plus néces­saire à per­sonne de dis­si­mu­ler le véri­table fond de son être. […] Et tous avaient rai­son, cette dam­née rai­son était de leur côté, et ils usaient de rai­son­ne­ments sages et mesu­rés pour étran­gler toute pro­tes­ta­tion, tout brû­lant enthou­siasme. […]
Plus de choses s’étaient anéan­ties pour nous que les seules valeurs que nous avions tenues dans la main. Pour nous s’était aus­si bri­sée la gangue qui nous rete­nait pri­son­niers. La chaîne s’était rom­pue, nous étions libres. Notre sang, sou­dain en effer­ves­cence, nous jetait dans l’ivresse et l’aventure, nous jetait à tra­vers l’espace et le péril, mais il pous­sait aus­si l’un vers l’autre ceux qui s’étaient recon­nus parents jusqu’au plus pro­fond de leurs fibres. Nous étions une ligue de guer­riers, impré­gnés de toute la pas­sion du monde, farouches dans le désir, joyeux dans nos haines comme dans nos amours. […] Si jamais du nou­veau vient au monde, c’est bien du chaos qu’il sur­git, à ces moments où la misère rend la vie plus pro­fonde, où, dans une atmo­sphère sur­chauf­fée, se consume ce qui ne peut pas sub­sis­ter et se puri­fie ce qui doit vaincre. Dans cette masse en ébul­li­tion, en fer­men­ta­tion, nous pou­vions jeter nos dési­rs et nous pou­vions voir s’élever la vapeur de nos espoirs. »

Ernst von Salomon
Les Réprou­vés (Die Geäch­te­ten), 1930, trad. Andh­rée Vaillant et Jean Kucken­berg, édi­tions Plon, coll. Feux croi­sés, 1931

On pourrait opposer à l’Œdipe de Freud le Télémaque d’Homère…

« On pour­rait oppo­ser à l’Œdipe de Freud le Télé­maque d’Homère et inven­ter un nou­veau syn­drome appuyé sur les retrou­vailles au lieu de la rup­ture. Télé­maque ne veut pas tuer le père, ni convoi­ter la mère. Il lutte pour retrou­ver son géni­teur, le réins­tal­ler sur le trône, réunir ses parents. L’Œdipe freu­dien, lui, doit pro­fa­ner ses ori­gines pour affir­mer son indi­vi­dua­li­té. Puis-je avouer que je trouve plus prin­cière la figure télé­ma­quienne ? En quoi ne cor­res­pon­drait-elle pas à nos struc­tures psy­chiques enfouies ? »

Syl­vain Tesson
Un été avec Homère, Édi­tions des Équa­teurs, 2018

Je suis pleinement conscient qu’à notre époque le mot propriété…

« Je suis plei­ne­ment conscient qu’à notre époque le mot pro­prié­té a été ter­ni par la cor­rup­tion des grands capi­ta­listes. À en croire les gens, on pen­se­rait que les Roth­schild et les Rocke­fel­ler sont par­ti­sans de la pro­prié­té. Ils sont pour­tant, et de toute évi­dence, les enne­mis de celle-ci, car ils sont les enne­mis de leurs propres limites. Ils ne veulent pas de leur propre terre ; ils veulent celle des autres. Lors­qu’ils font dis­pa­raître les bornes de leurs voi­sins, ils font du même coup dis­pa­raître les leurs. »

Gil­bert Keith Chesterton
Le monde comme il ne va pas, 1910, trad. Marie-Odile For­tier-Masek, Édi­tions L’Âge d’Homme, 1994

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés