Citation

Un être qui cesse de réfléchir est en danger de perdre toutes ses facultés…

« Un être qui cesse de réflé­chir est en dan­ger de perdre toutes ses facul­tés et ses qua­li­tés spé­ci­fi­que­ment humaines. »

Kon­rad Lorenz
Les huit péchés capi­taux de notre civi­li­sa­tion (Die acht Tod­sün­den der zivi­li­sier­ten Men­sch­heit), 1973, édi­tions Flam­ma­rion, 1992

À propos de l'auteur

Konrad Lorenz, né le 7 novembre 1903 à Vienne et mort le 27 février 1989 dans cette même ville, est un biologiste et zoologiste autrichien. Lorenz a étudié les comportements des animaux sauvages et domestiques. Il est considéré, avec Karl von Frisch et Nikolaas Tinbergen, comme le fondateur de l’éthologie moderne. Les trois hommes reçoivent en 1973 le prix Nobel de physiologie ou médecine pour leurs découvertes respectives. Si Lorenz a écrit plusieurs livres qui ont fait connaître ses découvertes à un plus large public (Les Oies cendrées, 1979 ; L'Agression, une histoire naturelle du mal, 1963), il s’est également fait remarquer en mettant en garde contre les dangers de la civilisation moderne (Les Huit péchés capitaux de notre civilisation, 1973 ; L’homme en péril, 1983).