Citation

La nature tout entière se confond avec le sacré, et les hommes…

« Chez Homère, la per­cep­tion d’un cos­mos incréé et ordon­né s’accompagne d’une vision enchan­tée por­tée par les anciens mythes. Les mythes ne sont pas une croyance, mais la mani­fes­ta­tion du divin dans le monde. Les forêts, les roches, les bêtes sau­vages ont une âme que pro­tège Arté­mis (Diane pour les Romains). La nature tout entière se confond avec le sacré, et les hommes n’en sont pas iso­lés. Mais elle n’est pas des­ti­née à satis­faire leurs caprices. En elle, dans son imma­nence, ici et main­te­nant, ils trouvent en revanche des réponses à leurs angoisses : « Comme naissent les feuilles, ain­si font les hommes. Les feuilles, tour à tour, c’est le vent qui les épand sur le sol et la forêt ver­doyante qui les fait naître quand se lèvent les jours du prin­temps. Ain­si des hommes : une géné­ra­tion naît à l’instant où une autre s’efface » (Iliade, VI, 146). Tourne la roue des sai­sons et de la vie, cha­cun trans­met­tant quelque chose de lui-même à ceux qui vont suivre, assu­ré ain­si d’être une par­celle d’éternité. Cer­ti­tude affer­mie par la conscience du sou­ve­nir à lais­ser dans la mémoire du futur, ce que dit Hélène dans l’Iliade : « Zeus nous a fait un dur des­tin afin que nous soyons plus tard chan­tés par les hommes à venir » (VI, 357 – 358). Peut-être, mais la gloire d’un noble nom s’efface comme le reste. Ce qui ne passe pas est inté­rieur, face à soi-même, dans la véri­té de la conscience : avoir vécu noble­ment, sans bas­sesse, avoir pu se main­te­nir en accord avec le modèle que l’on s’est fixé. »

Domi­nique Venner
La triade homé­rienne, « L’avenir prend racine dans la mémoire du pas­sé », dominiquevenner.fr

À propos de l'auteur

Dominique Venner, né le 16 avril 1935 à Paris et mort le 21 mai 2013 dans la même ville, est un essayiste et militant politique français. Il est auteur de nombreux livres d’histoire. Lauréat du prix Broquette-Gonin de l'Académie française, il est également un spécialiste reconnu des armes, sur lesquelles il a écrit de nombreux ouvrages. Sous-officier pendant la guerre d'Algérie, il milite à Jeune Nation dans les années 1950, s’engage pour la défense de l’Algérie française et fonde le groupe Europe-Action dans les années 1960. Il se retire par la suite du militantisme politique pour se consacrer à l’écriture et à l’édition, en fondant et dirigeant successivement les revues Enquête sur l'histoire et La Nouvelle Revue d'histoire. Son sacrifice volontaire dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour s’insurger notamment « contre le crime visant au remplacement de nos populations », est à l’origine de la création de l’Institut Iliade.