Citation

Ni l’existence des moyens d’extermination…

« Ni l’existence des moyens d’extermination, ni une méchan­ce­té pré­mé­di­tée ne consti­tuent la menace der­nière. Celle-ci réside dans le carac­tère iné­luc­table d’une contrainte morale. Les hommes qui uti­lisent ces moyens contre d’autres hommes se voient contraints d’anéantir aus­si mora­le­ment ces autres hommes, leurs vic­times et leurs objets. Ils sont for­cés de décla­rer cri­mi­nel et inhu­main dans son ensemble le camp adverse, d’en faire une non-valeur totale, sous peine d’être eux-mêmes des cri­mi­nels et des monstres. La logique de la valeur et de la non-valeur déploie sa pleine rigueur des­truc­trice et contraint à des dis­cri­mi­na­tions, à des cri­mi­na­li­sa­tions et à des dépré­cia­tions tou­jours nou­velles, tou­jours plus pro­fondes, jusqu’à l’extermination de tout sujet sans valeur, indigne de vivre. »

Carl Schmitt
Théo­rie du par­ti­san, 1963

À propos de l'auteur

Carl Schmitt est né le 11 juillet 1888 à Plettenberg et mort le 7 avril 1985 dans cette même ville. Juriste constitutionnel, théoricien et professeur de droit, intellectuel catholique allemand, Carl Schmitt est surtout le penseur du politique qu’il définit autour de la notion d'ennemi. Son œuvre de renommée mondiale comprend notamment Le Leviathan dans la doctrine de l'État de Thomas Hobbes. Sens et échec d'un symbole politique (Seuil, 2002), Le Nomos de la Terre (PUF, 2001), La Notion de politique. Théorie du partisan (Calmann-Lévy, 1972) ou Théologie politique (Gallimard, 1988).