Auteur

Ernest Renan

Joseph Ernest Renan, né le 28 février 1823 à Tréguier et mort le 2 octobre 1892 à Paris, est un écrivain, philologue, philosophe et historien français. Une part essentielle de son œuvre est d'ailleurs consacrée aux religions avec par exemple son Histoire des origines du christianisme, qui contient la thèse selon laquelle la vie de Jésus doit être comprise comme celle de n'importe quel autre homme, ce qui déclenche des débats passionnés et la colère de l'Église catholique. D’autres textes marquants de Renan sont Prière sur l'Acropole ou Qu'est-ce qu'une nation ? où il soutient que, à la différence des races, les nations se sont formées sur la base d’une association volontaire d’individus avec un passé commun : ce qui constitue une nation, ce n'est pas de parler la même langue, ni d'appartenir à un groupe ethnographique commun, c'est d'avoir fait de grandes choses ensemble et de vouloir en faire encore dans l'avenir.

Découvrez 4 citations d’Ernest Renan

La paix n’habite que les hauteurs…

« La paix n’habite que les hau­teurs. C’est en mon­tant, mon­tant tou­jours, que la lutte devient har­mo­nie, et que l’apparente inco­hé­rence des efforts de l’homme abou­tit à cette grande lumière, la gloire, qui est encore, quoi que l’on dise, ce qui a le plus de chance de n’être pas tout à fait une vanité. »

Ernest Renan
in Dis­cours de récep­tion à l’Académie Fran­çaise, 3 avril 1879

La gloire est quelque chose d’homogène…

« La gloire est quelque chose d’homogène et d’identique. Tout ce qui vibre la pro­duit. Il n’y a pas plu­sieurs espèces de gloire, pas plus qu’il n’y a plu­sieurs espèces de lumière. À un degré infé­rieur, il y a les mérites divers ; mais la gloire de Des­cartes, celle de Pas­cal, celle de Molière, sont com­po­sées des mêmes rayons. »

Ernest Renan
in Dis­cours de récep­tion à l’Académie Fran­çaise, 3 avril 1879

Le talent qu’inspire une doctrine est la mesure de sa vérité…

« Le talent qu’inspire une doc­trine est, à beau­coup d’égards, la mesure de sa véri­té. Ce n’est pas sans rai­son qu’on ne peut être grand poète qu’avec l’idéa­lisme, grand artiste qu’avec la foi et l’amour, bon écri­vain qu’avec la logique, élo­quent ora­teur qu’avec la pas­sion du bien et de la liber­té. »

Ernest Renan
in Dis­cours de récep­tion à l’Académie Fran­çaise, 3 avril 1879

Toi seule es jeune, ô Cora ; toi seule es pure, ô Vierge…

« Toi seule es jeune, ô Cora ; toi seule es pure, ô Vierge ; toi seule es saine, ô Hygie ; toi seule es forte, ô Vic­toire. Les cités, tu les gardes, ô Pro­ma­chos ; tu as ce qu’il faut de Mars, ô Aréa ; la paix est ton but, ô Paci­fique. Légis­la­trice, source des consti­tu­tions justes ; Démo­cra­tie, toi dont le dogme fon­da­men­tal est que tout bien vient du peuple, et que, par­tout où il n’y a pas de peuple pour nour­rir et ins­pi­rer le génie, il n’y a rien, apprends-nous à extraire le dia­mant des foules impures. Pro­vi­dence de Jupi­ter, ouvrière divine, mère de toute indus­trie, pro­tec­trice du tra­vail, ô Erga­né, toi qui fais la noblesse du tra­vailleur civi­li­sé et le mets si fort au-des­sus du Scythe pares­seux ; sagesse, toi que Zeus enfan­ta après s’être replié sur lui-même, après avoir res­pi­ré pro­fon­dé­ment ; toi qui habites dans ton père, entiè­re­ment unie à son essence ; toi qui es sa com­pagne et sa conscience ; éner­gie de Zeus, étin­celle qui allumes et entre­tiens le feu chez les héros et les hommes de génie, fais de nous des spi­ri­tua­listes accomplis. »

Ernest Renan
Prière sur l’Acropole, 1865, in Sou­ve­nirs d’en­fance et de jeu­nesse, 1883

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés