Auteur

Friedrich Hölderlin

Friedrich Hölderlin (1770-1843) est un poète et philosophe de la période classico-romantique en Allemagne. Il est une figure majeure de cette époque de la littérature allemande qu'une certaine tradition culturelle fait rayonner autour du nom et de la figure emblématique de Goethe. Toutefois, son invocation de la Grèce est originale et diffère du modèle grec classique. Philosophiquement, Hölderlin occupe une place à part dans l'idéalisme allemand dont il participe à côté de Hegel et de Schelling. Le XXème siècle commencera de reconnaître l'importance marquante de Hölderlin, assez mal compris de son temps, une reconnaissance qui sera acquise notamment par la lecture qu’en fera Heidegger.

Découvrez 7 citations de Friedrich Hölderlin

Je vouais mon cœur à la terre grave et souffrante…

« Et ouver­te­ment je vouais mon cœur à la terre grave et souf­frante, et sou­vent, dans la nuit sacrée, je lui pro­mis de l’aimer fidè­le­ment jusqu’à la mort, sans peur, avec son lourd far­deau de fata­li­té, et de ne mépri­ser aucune de ses énigmes. »

Frie­drich Höl­der­lin
La Mort d’Empédocle (Der Tod des Empe­dokles), inache­vé, 1798, trad. Eloi Recoing, édi­tions Actes Sud, coll. Babel, 2004

Sauvage est la proximité du sacré…

« Sau­vage est la proxi­mi­té du sacré. »

Frie­drich Höl­der­lin
Œuvres, trad. Phi­lippe Jac­cot­tet, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade, 1967

Certes, je suis seul et je m’avance inconnu…

« Certes, je suis seul et je m’avance incon­nu par­mi eux. Mais celui qui est un homme ne peut-il pas plus que cent qui sont seule­ment des tron­çons d’hommes ? »

Frie­drich Höl­der­lin
Hypé­rion ou l’Er­mite de Grèce (Hyper­ion oder Der Ere­mit in Grie­chen­land), 1797, trad. Jean-Pierre Lefebvre, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2005

J’aurai un jour vécu de la vie des dieux…

« J’aurai un jour vécu de la vie des dieux, et que faut-il de plus ? »

Frie­drich Höl­der­lin
Aux Parques (An die Par­zen), 1798, in Œuvres, trad. Phi­lippe Jac­cot­tet, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade, 1967

L’intellect pur n’a jamais rien produit d’intelligent…

« L’intellect pur n’a jamais rien pro­duit d’intelligent, ni la rai­son pure de rai­son­nable. »

Frie­drich Höl­der­lin
Hypé­rion ou l’Er­mite de Grèce (Hyper­ion oder Der Ere­mit in Grie­chen­land), 1797, trad. Jean-Pierre Lefebvre, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2005

L’homme qui songe est un dieu…

« L’homme qui songe est un dieu, celui qui pense un men­diant. »

Frie­drich Höl­der­lin
Hypé­rion ou l’Er­mite de Grèce (Hyper­ion oder Der Ere­mit in Grie­chen­land), 1797, trad. Jean-Pierre Lefebvre, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2005

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés