Citation

C’est à l’instinct de domination que le grand ensemble doit son existence…

« C’est com­mettre une erreur grosse de consé­quences, de pos­tu­ler comme tant d’auteurs que la grande for­ma­tion poli­tique, l’État, résulte natu­rel­le­ment de la socia­bi­li­té humaine. Cela paraît aller de soi, car tel en effet est sans doute le prin­cipe de la socié­té, fait de nature. Mais cette socié­té natu­relle est petite. Et l’on ne peut pas­ser de la petite socié­té à la grande par le même pro­ces­sus. Il faut ici un fac­teur de coa­gu­la­tion, qui dans la très grande majo­ri­té des cas n’est pas l’instinct d’association, mais l’instinct de domi­na­tion. C’est à l’instinct de domi­na­tion que le grand ensemble doit son exis­tence. »

Ber­trand de Jou­ve­nel
Du pou­voir, 1945, édi­tions Hachette, coll. Plu­riel, 1972

À propos de l'auteur

Bertrand de Jouvenel des Ursins, connu sous le nom de Bertrand de Jouvenel, né en 1903 à Paris, où il est mort en 1987, est un écrivain et journaliste français, également juriste, politologue et économiste. Penseur libéral, il fut, avec Gaston Berger, l'un des pionniers et théoriciens de la prospective en France. Il fonda la revue Futuribles, consacrée à la réflexion sur les futurs possibles. Il fut également un pionnier de l'écologie politique et romancier à ses heures sous le nom de plume de Guillaume Champlitte. Parmi ses trente-sept livres, Du pouvoir reste une référence. Avec Friedrich Hayek et Jacques Rueff, il est le fondateur de la Société du Mont Pèlerin, club d'intellectuels libéraux.