« Au fond du glo­ba­lisme, l’affirmation que tout est com­muable et com­men­su­rable est la plus anti­éco­lo­giste qui soit, et des éco­lo­gistes ne peuvent y sous­crire qu’au prix d’une escro­que­rie mani­feste. La déter­ri­to­ria­li­sa­tion est le pro­jet anti-huma­niste par excel­lence, puisqu’elle dénie à l’homme le lien au sol qu’organise sa culture, elle est le nou­veau pro­jet de l’esclavage migra­toire et de l’expulsion des indi­gènes, le rêve du mar­ché total deve­nu réa­li­té – sauf que le réel s’en mêle… »

Her­vé Juvin
« Pour une éco­lo­gie enra­ci­née, loca­lisme et mise en valeur des ter­roirs », Livr’ar­bitres, hors-série « La nature comme socle – Actes du 7e col­loque annuel de l’Institut Iliade – Pour une éco­lo­gie à l’endroit », automne 2020

À propos de l'auteur

Hervé Juvin est un essayiste français, député européen, membre du groupe Identité et Démocratie, élu en 2019 sur la liste présentée par le Rassemblement national. Dirigeant de sociétés, conseiller d’entreprises et d’institutions, il a consacré l’essentiel de son travail à éclairer les changements majeurs de nos sociétés, d’abord dans le domaine de l’économie (Le nouvel âge des marchés français, Les Djinns, 1990 ; Le devoir de gestion, Les Djinns, 1996), de l’écologie et des sciences humaines (L’avènement du Corps, Produire le Monde, Gallimard, 2004 et 2006), de la politique et de la géopolitique (Le renversement du monde et La grande séparation, Gallimard, 2010 et 2013 ; Le mur de l’Ouest n’est pas tombé, PG de Roux, 2015 ; Le gouvernement du Désir, Gallimard, 2016 et Le moment politique, Editions du Rocher, 2018).