Citation

Désertées comme lieux de prières, les églises…

« Déser­tées comme lieux de prières, les églises et les crèches nous atten­daient, au détour de l’histoire, comme sym­bole d’identité. »

Patrick Buis­son
La Cause du peuple, édi­tions Per­rin, 2016

À propos de l'auteur

Patrick Buisson, né le 19 avril 1949 à Paris, est un journaliste, politologue et conseiller politique français. Militant pour l'union des droites, il est aussi spécialiste des études d'opinion, directeur général de la chaîne Histoire de 2007 à 2018 et conseiller du président Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012.
Dernières citations ajoutées

Les 10 dernières citations

Quelques toquées assurant qu’on ne naît pas femme, mais qu’on le devient…

« Il a fal­lu les cham­bar­de­ments du XXème siècle pour qu’on écoute quelques toquées assu­rant qu’on ne naît pas femme, mais qu’on le devient. Sans doute pen­saient-elles aus­si qu’on ne naît pas cerf ou biche mais qu’on le devient en brou­tant de l’herbe. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Les hommes ont besoin de donner du sens à leur vie…

« A la dif­fé­rence des autres mam­mi­fères, les hommes ont besoin de don­ner du sens à leur vie. Ils en ont besoin plus encore que de pain ou de riz. Ils n’existent que par les « repré­sen­ta­tions » qu’ils se font d’eux-mêmes, de l’existence et de ses fina­li­tés. Ces repré­sen­ta­tions changent selon les cultures, les croyances et les époques, seule leur néces­si­té est universelle. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Victimes de notre absence de mémoire identitaire…

« Vic­times de notre absence de mémoire iden­ti­taire, nous en sommes res­tés au stade pri­mi­tif de la quête d’efficacité. Nous ana­ly­sons le déclin comme une simple défaillance tech­nique, poli­tique ou struc­tu­relle. Mais cela aura une fin. Face aux grandes épreuves qui viennent, nous n’aurons pas d’autre choix que d’en appe­ler nous aus­si à notre foyer d’énergie spi­ri­tuelle. Celui d’où avait sur­gi l’impulsion pri­mor­diale de notre civi­li­sa­tion voi­ci plu­sieurs mil­lé­naires, et qui a conti­nué d’animer sa meilleure part. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Plus on en bave, plus forte est l’ivresse…

« Le cœur aven­tu­reux se recon­naît à ce qu’il tire son plai­sir de ce qui serait pour les autres un enfer. Plus on en bave, plus forte est l’ivresse. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Par la chasse, je fais retour à mes sources nécessaires…

« Avec ou sans arme, par la chasse, je fais retour à mes sources néces­saires : la forêt enchan­tée, le silence, le mys­tère du sang sau­vage, l’ancien com­pa­gnon­nage cla­nique. A mes yeux, la chasse n’est pas un sport. C’est un rituel néces­saire où cha­cun, pré­da­teur ou proie, joue la par­ti­tion que lui impose sa nature. Avec l’enfantement, la mort et les semailles, je crois que la chasse, si elle est vécue dans les règles, est le der­nier rite pri­mor­dial à échap­per par­tiel­le­ment aux défi­gu­ra­tions et mani­pu­la­tions de la moder­ni­té ration­nelle et scientifique. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Sont purs tous les sentiments qui vous saisissent et vous élèvent…

« Sont purs tous les sen­ti­ments qui vous sai­sissent et vous élèvent ; impur, le sen­ti­ment qui ne s’empare que d’un seul aspect de votre être et, ain­si, vous déchire. Tout ce que vous pou­vez pen­ser eu égard à votre enfance est bien. Tout ce qui fait de vous plus que ce que vous avez été jusque-là dans vos meilleurs moments est juste. Toute élé­va­tion est bonne lorsqu’elle par­court tout votre sang, lorsqu’elle n’est point ivresse, lorsqu’elle n’est pas trouble mais joie de part en part transparente. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

Vous rappelez vous à quel point cette vie a voulu sortir de l’enfance…

« Vous rap­pe­lez vous à quel point cette vie a vou­lu sor­tir de lenfance, aspi­rant aux « grandes choses » ? Je constate aujourd’hui que, à par­tir des grandes choses, elle conti­nue d’aspirer aux plus grandes. C’est pour­quoi elle ne ces­se­ra pas d’être dif­fi­cile, mais c’est aus­si pour­quoi elle ne ces­se­ra de croître. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés