Citation

Aucune civilisation n’a jamais échappé à l’apologétique de la femme…

« Aucune civi­li­sa­tion n’a jamais échap­pé à l’a­po­lo­gé­tique de la femme, à part quelques rares socié­tés de jeunes mâles guer­riers et ardents, dont l’a­po­théose et le déclin ont été aus­si rapides que brefs, telles que les civi­li­sa­tions pédé­ras­tiques des Nini­vites et des Baby­lo­niens, plu­tôt consom­ma­trices que créa­trices, qui ne connais­saient nul frein à leur acti­vi­té fié­vreuse, nulle limite à leur appé­tit énorme, nulle borne à leurs besoins, et qui se sont pour ain­si dire dévo­rées elles-mêmes en dis­pa­rais­sant sans lais­ser de traces, ain­si que meurent toutes les civi­li­sa­tions para­si­taires en entraî­nant tout un monde der­rière elles. »

Blaise Cen­drars
Mora­va­gine, 1926, édi­tions Gras­set, coll. Le Livre de Poche, 1956

À propos de l'auteur

Blaise Cendrars
Blaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric Louis Sauser, est un écrivain franco-suisse, qui s'illustre comme volontaire dans la Légion Étrangère pendant la guerre de 14. À la fois poète, correspondant de guerre et romancier, il écrit en mêlant le réel à l'imaginaire sous le signe de l'aventure et de la découverte. Ses œuvres les plus connues sont La Prise du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, ainsi que le roman L'Or (la merveilleuse histoire du général Johann August Suter).