Citation

Pour moi, noblesse est synonyme d’une vie vouée à l’effort…

« Pour moi, noblesse est syno­nyme d’une vie vouée à l’effort ; elle doit tou­jours être pré­oc­cu­pée à se dépas­ser elle-même, à haus­ser ce qu’elle est déjà vers ce qu’elle pro­pose comme devoir et comme exi­gence. De cette manière, la vie noble reste oppo­sée à la vie médiocre ou inerte, qui, sta­tis­ti­que­ment, se referme sur elle-même, se condamne à une per­pé­tuelle imma­nence tant qu’une force exté­rieure ne l’oblige à sor­tir d’elle-même. C’est pour­quoi nous appe­lons masse, ce type d’homme, non pas tant parce qu’il est mul­ti­tu­di­naire que parce qu’il est inerte. »

José Orte­ga y Gasset
La révolte des masses (La rebe­lión de las masas, 1929), trad. Louis Par­rot, édi­tions Stock, 1937

À propos de l'auteur

José Ortega y Gasset, né en 1883 à Madrid et mort dans la même ville en 1955, est un philosophe, sociologue, essayiste, homme de presse et homme politique espagnol. Il est le chef de file du mouvement littéraire et artistique « Génération de 14 ». Après avoir étudié la philosophie à Madrid, il découvre la pensée de Nietzsche, s’intéresse à la culture française, à la décadence de l’Espagne et aux moyens de sa régénération. Il est nommé en 1910 à la chaire de métaphysique à l'université de Madrid, où sa pensée politique prend un virage plus conservateur. Dès le début de la Guerre civile espagnole, opposé au fascisme comme au communisme, il fuit vers la France, avant de se réfugier en Argentine puis au Portugal. De retour en Espagne, Ortega s'emploie à contester la légitimité des dictatures militaires, notamment au moyen d'analyses historiques. Ces travaux peuvent être considérés comme le témoignage d'une certaine « résistance silencieuse ».