Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Citation

Si j’avance, suivez-moi ; si je meurs…

« Si j’avance, sui­vez-moi ; si je meurs, ven­gez-moi ; si je recule, tuez-moi. »

Hen­ri de La Rochejaquelein
Dis­cours aux sol­dats de l’Armée catho­lique et royale, 1794

À propos de l'auteur

Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, né le 30 août 1772, au château de la Durbelière, près de Châtillon-sur-Sèvre (Poitou) et tué le 28 janvier 1794, à Nuaillé, est l'un des chefs de l'armée catholique et royale au cours de la guerre de Vendée, pendant la Révolution française. La Révolution française l'ayant surpris dès l'âge de seize ans, il ne suit pas son père dans l'émigration vers l'Allemagne. Il refuse en 1791 de prêter le serment que l'assemblée constituante exige des officiers et démissionne. Il choisit de défendre le trône dans la Garde constitutionnelle du Roi Louis XVI où il est appelé en 1791. Lors de l'assaut du palais des Tuileries par les révolutionnaires, il combat pour défendre le roi, en tant que deuxième lieutenant de la Garde. Cette journée du 10 août 1792 trompe ses espérances. En mars 1793, il participe au soulèvement de la Vendée et devient l'un des chefs de l'armée vendéenne. La Rochejaquelein est appelé à leur tête et leur adresse cette courte harangue : « Si mon père était parmi nous, il vous inspirerait plus de confiance, car à peine me connaissez-vous. J'ai d'ailleurs contre moi et ma grande jeunesse et mon inexpérience ; mais je brûle déjà de me rendre digne de vous commander. Allons chercher l'ennemi : si j'avance, suivez-moi, si je recule, tuez-moi, si je meurs, vengez-moi. » Alors généralissime de l'Armée catholique et royale, il est tué dans les faubourgs de Chollet par des soldats républicains. Il avait 21 ans.