« Légi­time, légal : s’il existe deux mots pour expri­mer la notion géné­rale de confor­mi­té à la loi, c’est bien qu’ils en tra­duisent des aspects dif­fé­rents. Il y a en effet lois et lois : celles que les hommes fabriquent à leur guise, et celles dont l’homme n’est pas maître, qui s’imposent à lui parce qu’elles sont les lois de sa nature ou de sa voca­tion. Est légi­time ce qui se rap­portent à celles-ci, légal ce qui se rap­porte à celles-là. Les lois de la nature et de la civi­li­sa­tion sont intan­gibles. Vis-à-vis d’elles, l’homme n’a qu’un pou­voir, mais qui ne les affecte pas, celui de les recon­naître ou de les nier. Mais, sui­vant celle des deux atti­tudes qu’il adopte quand il légi­fère, il éta­blit une léga­li­té légi­time ou illé­gi­time. »

Louis Damé­nie
« La Cathé­drale effon­drée », in Cahiers de l’Ordre Fran­çais, 1962