« Mais, dans la dif­fi­cul­té, je ne l’ai jamais enten­du émettre la moindre plainte. C’est qu’il tient le renon­ce­ment pour une tra­hi­son. Quand il com­mence à dou­ter de sa capa­ci­té à venir à bout d’un obs­tacle phy­sique, il a volon­tiers recours à cette pen­sée de Péguy : Réflé­chir c’est com­men­cer à capituler”. »

Syl­vain Tesson
L’axe du loup, édi­tions Robert Laf­font, 2004