« Et d’après Pro­ta­go­ras aus­si, l’être humain est la mesure de toutes réa­li­tés, pour les étants mesure de leur exis­tence, pour les non-étants mesure de leur non-exis­tence ; il appelle mesure” le cri­tère et réa­li­tés” les choses, de sorte qu’il dit impli­ci­te­ment que l’être humain est le cri­tère de toutes choses, du fait qu’elles sont pour celles qui sont, du fait qu’elles ne sont pas pour celles qui ne sont pas ; et voi­là pour­quoi il pose seule­ment ce qui appa­raît à cha­cun, et de cette manière il intro­duit le rela­tif. »

Sex­tus Empi­ri­cus
Esquisses pyr­rho­niennes, I, 32, IIe siècle de notre ère