Le livre
Ils veulent tuer l’occident

Ils veulent tuer l’occident

Auteur : Hen­ri Guai­no
Édi­teur : édi­tions Odile Jacob (2019)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : L’Occident est enga­gé sur une pente qui pour­rait bien lui être fatale à brève échéance. Il ne s’agit pas d’une pro­phé­tie mais d’un diag­nos­tic sur l’état men­tal, moral, intel­lec­tuel de nos socié­tés, sur le mal qui les ronge et qui détruit sous nos yeux un idéal humain auquel ont tra­vaillé des mil­lé­naires d’histoire, de reli­gion et de civi­li­sa­tion. L’Occident n’est pas mena­cé par le déclin de sa puis­sance rela­tive face aux puis­sances émer­gentes qui le concur­rencent dans un monde qu’il avait l’habitude de domi­ner sans par­tage. Le plus grand dan­ger n’est pas dehors mais dedans, dans l’obstination d’une majo­ri­té des élites occi­den­tales à pen­ser que le pro­grès éco­no­mique, scien­ti­fique et tech­nique a chan­gé la nature de l’homme et dans leur orgueil déme­su­ré à croire qu’elles sont les archi­tectes d’un Nou­veau Monde où les leçons du pas­sé n’ont plus aucune valeur.
Ce n’est pas la pre­mière fois que l’idéologie de la table rase s’attaque à ce que la civi­li­sa­tion a construit pour cana­li­ser les ins­tincts sau­vages qui demeurent éter­nel­le­ment au plus pro­fond de la nature humaine. Ne pas prendre conscience de ce qui est en train de s’effondrer dans l’homme occi­den­tal, c’est lais­ser se tendre à nou­veau le res­sort des grandes tra­gé­dies. Et une fois que le res­sort est ten­du, la tra­gé­die, impla­ca­ble­ment, va jusqu’à son terme. Le but de ce livre : nous for­cer à ouvrir les yeux avant qu’il soit trop tard.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 5 citations extraites du livre

C'est l'un des grands paradoxes de notre époque...

« C’est l’un des grands para­doxes de notre époque : le monde poli­tique se voit accu­sé d’a­voir confis­qué la sou­ve­rai­ne­té du peuple à son pro­fit, alors, et c’est beau­coup plus lourd de consé­quences, qu’il a renon­cé à l’exer­cer au pro­fit de pou­voirs ano­nymes tels que les mar­chés finan­ciers, les auto­ri­tés indé­pen­dantes, les juri­dic­tions, les experts, les bureau­crates de toutes sortes aux­quels per­sonne ne peut deman­der de comptes.
C’est un phé­no­mène sans pré­cé­dent qui touche toutes les démo­cra­ties occi­den­tales quelles que soient leurs ins­ti­tu­tions, une entre­prise de décons­truc­tion inédite : la dépo­li­ti­sa­tion de la socié­té et de l’é­co­no­mie par les nou­velles reli­gions et les nou­veaux caté­chismes de l’hu­ma­ni­té. »

Hen­ri Guai­no
Ils veulent tuer l’occident, édi­tions Odile Jacob, 2019

L'intelligentsia occidentale semble céder...

« L’in­tel­li­gent­sia occi­den­tale semble céder une fois encore, mais avec une inten­si­té peut-être jamais atteinte, à l’illu­sion que l’homme aurait chan­gé au point que l’His­toire ne pour­rait plus être tra­gique, et qu’il y n’y aurait plus lieu dès lors de s’im­po­ser l’an­goisse du choix, ni de se pré­oc­cu­per d’autres choses que de recher­cher sa propre satis­fac­tion.
Le temps du tra­gique pas­sé, voi­ci celui de la jouis­sance sans entrave, de la jouis­sance comme seule et unique réponse à toute ques­tion exis­ten­tielle. Mais jouis­sance égoïste qui n’est à la por­tée que du petit nombre qui a les moyens de s’ex­traire de la dure­té de la vie. La frus­tra­tion des autres, du plus grand nombre, mon­tre­ra peut-être demain que le tra­gique n’ap­par­tient pas du tout à un pas­sé révo­lu. »

Hen­ri Guai­no
Ils veulent tuer l’occident, édi­tions Odile Jacob, 2019

Au croisement entre l'immanence du marché...

« Au croi­se­ment entre l’im­ma­nence du mar­ché qui dis­sout l’hu­ma­ni­té de l’Homme dans la mar­chan­di­sa­tion et du dévoie­ment d’un uni­ver­sa­lisme qui veut à tout prix faire ren­trer le monde dans l’i­dée pure de la concur­rence, la mon­dia­li­sa­tion s’im­pose à la fois comme le retour de la fata­li­té et comme une reli­gion révé­lée. »

Hen­ri Guai­no
Ils veulent tuer l’occident, édi­tions Odile Jacob, 2019

La jeunesse qui a 20 ans aujourd'hui...

« La jeu­nesse qui a 20 ans aujourd’­hui ne le sait pas encore, mais les désordres du monde n’ont jamais été aus­si grands depuis la fin de la Seconde Guerre Mon­diale. Elle n’a connu que ces désordres, on lui a dit que c’é­tait le Monde Nou­veau qui était en train de naître et elle l’a cru. On lui a dit que c’é­tait la des­truc­tion créa­trice” et elle l’a cru. On lui a dit que dans ce monde il ne tenait qu’à elle d’ac­com­plir tous ses rêves et elle l’a cru. Elle n’a­vait pas le choix : la jeu­nesse quand elle com­mence sa vie d’a­dulte est obli­gée de prendre le monde qu’on lui a pré­pa­ré. Mais elle appren­dra bien­tôt que le monde qu’on lui offre, sous les appa­rences du neuf, est un vieux monde ou les rêves n’ont pas leur place. »

Hen­ri Guai­no
Ils veulent tuer l’occident, édi­tions Odile Jacob, 2019

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés