Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Le livre
Dans les forêts de Sibérie

Dans les forêts de Sibérie

Auteur : Syl­vain Tesson
Édi­teur : édi­tions Gal­li­mard (1er sep­tembre 2011)

Le mot de l’au­teur : « Assez tôt, j’ai com­pris que je n’al­lais pas pou­voir faire grand-chose pour chan­ger le monde. Je me suis alors pro­mis de m’ins­tal­ler quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibé­rie. J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baï­kal. Là, pen­dant six mois, à cinq jours de marche du pre­mier vil­lage, per­du dans une nature déme­su­rée, j’ai tâché d’être heu­reux. Je crois y être par­ve­nu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suf­fisent à la vie. Et si la liber­té consis­tait à pos­sé­der le temps ? Et si le bon­heur reve­nait à dis­po­ser de soli­tude, d’es­pace et de silence – toutes choses dont man­que­ront les géné­ra­tions futures ? Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. »

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 24 citations extraites du livre

L’État voit tout ; dans la forêt, on vit caché. L’État entend tout...

« L’État voit tout ; dans la forêt, on vit caché. L’État entend tout ; la forêt est nef de silence. L’État contrôle tout ; ici seuls pré­valent les codes immé­mo­riaux. L’État veut des êtres sou­mis, des cœurs secs dans des corps pré­sen­tables ; les taï­gas ensau­vagent les hommes et délient les âmes. »

Syl­vain Tesson
Dans les forêts de Sibé­rie, édi­tions Gal­li­mard, 2011

Lassés de peupler des villes surpeuplées dont la gouvernance...

« Las­sés de peu­pler des villes sur­peu­plées dont la gou­ver­nance implique la pro­mul­ga­tion tou­jours plus abon­dante de règle­ments, haïs­sant l’hydre admi­nis­tra­tive, excé­dés par l’impatronisation des nou­velles tech­no­lo­gies dans tous les champs de la vie quo­ti­dienne, pres­sen­tant les chaos sociaux et eth­niques à venir, ils déci­de­raient de quit­ter les zones urbaines pour rega­gner les bois. Ils recrée­raient des vil­lages dans des clai­rières, ouvertes au milieu des nefs. Ils s’inventeraient une nou­velle vie. Ce mou­ve­ment s’apparenterait aux expé­riences hip­pies mais se nour­ri­rait de motifs dif­fé­rents. Les hip­pies fuyaient un ordre qui les oppres­sait. Les néo-fores­tiers fui­ront un désordre qui les démo­ra­lise. Les bois, eux, sont prêts à accueillir les hommes ; ils ont l’habitude des éter­nels retours. »

Syl­vain Tesson
Dans les forêts de Sibé­rie, édi­tions Gal­li­mard, 2011

La ruée des peuples vers le laid...

« La ruée des peuples vers le laid fut le prin­ci­pal phé­no­mène de la mon­dia­li­sa­tion. Pour s’en convaincre il suf­fit de cir­cu­ler dans une ville chi­noise, d’observer les nou­veaux codes de La Poste fran­çaise ou la tenue des tou­ristes. Le mau­vais goût est le déno­mi­na­teur com­mun de l’humanité. »

Syl­vain Tesson
Dans les forêts de Sibé­rie, édi­tions Gal­li­mard, 2011

La retraite est révolte. Gagner sa cabane...

« La retraite est révolte. Gagner sa cabane, c’est dis­pa­raître des écrans de contrôle. L’ermite s’efface. Il n’envoie plus de traces numé­riques, plus de signaux télé­pho­niques, plus d’impulsions ban­caires. Il se défait de toute iden­ti­té. Il pra­tique un hacking à l’envers, sort du grand jeu. Nul besoin d’ailleurs de gagner la forêt. L’ascétisme révo­lu­tion­naire se pra­tique en milieu urbain. La socié­té de consom­ma­tion offre le choix de s’y confor­mer. Il suf­fit d’un peu de dis­ci­pline. Dans l’abondance, libre aux uns de vivre en pous­sah mais libre aux autres de jouer les moines et de vivre amai­gris dans le mur­mure des livres. Ceux-ci recourent alors aux forêts inté­rieures sans quit­ter leur appartement. »

Syl­vain Tesson
Dans les forêts de Sibé­rie, édi­tions Gal­li­mard, 2011

Il faut d’abord avoir souffert d’indignation dans le cœur des villes modernes...

« La ten­ta­tion éré­mi­tique pro­cède d’un cycle immuable. Il faut d’abord avoir souf­fert d’indignation dans le cœur des villes modernes pour aspi­rer à une cabane fumant dans la clai­rière. Une fois anky­lo­sé dans la graisse du confor­misme et enkys­té dans le sain­doux du confort on est mûr pour l’appel de la forêt. »

Syl­vain Tesson
Dans les forêts de Sibé­rie, édi­tions Gal­li­mard, 2011

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés