Le livre
Extension du domaine de la lutte

Extension du domaine de la lutte

Auteur : Michel Houel­le­becq
Édi­teur : Édi­tions Mau­rice Nadeau (1994)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : Autour de lui, les per­son­nages luttent pour un peu d’a­mour, de plai­sir sexuel ou d’argent. Il est tech­ni­cien en infor­ma­tique, il n’a plus d’am­bi­tion. Sa vie est une suc­ces­sion de décep­tions banales, les repères sociaux s’ef­fritent. Un roman d’ap­pren­tis­sage du dégoût.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 3 citations extraites du livre

Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte...

« Le libé­ra­lisme éco­no­mique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son exten­sion à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la socié­té. De même, le libé­ra­lisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son exten­sion à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la socié­té. »

Michel Houel­le­becq
Exten­sion du domaine de la lutte, Édi­tions Mau­rice Nadeau, 1994

Tout comme le libéralisme économique sans frein...

« Tout comme le libé­ra­lisme éco­no­mique sans frein, et pour des rai­sons ana­logues, le libé­ra­lisme sexuel pro­duit des phé­no­mènes de pau­pé­ri­sa­tion abso­lue. Cer­tains font l’a­mour tous les jours ; d’autres cinq ou six fois dans leur vie, ou jamais. Cer­tains font l’a­mour avec des dizaines de femmes ; d’autres avec aucune. C’est ce qu’on appelle la loi du mar­ché”. »

Michel Houel­le­becq
Exten­sion du domaine de la lutte, Édi­tions Mau­rice Nadeau, 1994

Du point de vue amoureux Véronique appartenait...

« Du point de vue amou­reux Véro­nique appar­te­nait, comme nous tous, à une géné­ra­tion sacri­fiée. Elle avait cer­tai­ne­ment été capable d’amour ; elle aurait sou­hai­té en être encore capable, je lui rends ce témoi­gnage ; mais cela n’é­tait plus pos­sible. Phé­no­mène rare, arti­fi­ciel et tar­dif, l’a­mour ne peut s’é­pa­nouir que dans des condi­tions men­tales spé­ciales, rare­ment réunies, en tous points oppo­sées à la liber­té de mœurs qui carac­té­rise l’é­poque moderne. Véro­nique avait connu trop de dis­co­thèques et d’a­mants ; un tel mode de vie appau­vrit l’être humain, lui infli­geant des dom­mages par­fois graves et tou­jours irré­ver­sibles. L’a­mour comme inno­cence et comme capa­ci­té d’illu­sion, comme apti­tude à résu­mer l’en­semble de l’autre sexe à un seul être aimé, résiste rare­ment à une année de vaga­bon­dage sexuel, jamais à deux. En réa­li­té, les expé­riences sexuelles suc­ces­sives accu­mu­lées au cours de l’a­do­les­cence minent et détruisent rapi­de­ment toute pos­si­bi­li­té de pro­jec­tion d’ordre sen­ti­men­tal et roma­nesque ; pro­gres­si­ve­ment, et en fait assez vite, on devient aus­si capable d’a­mour qu’un vieux tor­chon. Et on mène ensuite, évi­dem­ment, une vie de tor­chon ; en vieillis­sant on devient moins sédui­sant, et de ce fait amer. On jalouse les jeunes, et de ce fait on les hait. Cette haine, condam­née à res­ter inavouable, s’en­ve­nime et devient de plus en plus ardente ; puis elle s’a­mor­tit. »

Michel Houel­le­becq
Exten­sion du domaine de la lutte, Édi­tions Mau­rice Nadeau, 1994

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés