Thème

Citations sur la force

La primauté du soldat se retrouve partout…

« La pri­mau­té du sol­dat se retrouve par­tout chez les Aztèques comme à Sparte. Les mar­chands s’y enri­chissent hon­teu­se­ment et en cachette. Leurs enfants ne peuvent se marier qu’entre eux : tan­dis que, dans le cor­tège du triomphe, le sol­dat marche à côté de l’Em­pe­reur, n’ayant que ses lau­riers et sa charrue. »

Mau­rice Bardèche
Sparte et les Sudistes, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1969

L’homme lutte, se démène, navigue…

« L’homme lutte, se démène, navigue au rebours des élé­ments, se bat mais ne pra­tique pas cette acti­vi­té si car­té­sienne, si moderne, si fran­çaise : récri­mi­ner contre son sort, cher­cher des cou­pables à sa propre faillite, se défaus­ser de ses res­pon­sa­bi­li­tés et bar­bouiller fina­le­ment un mur avec son petit pin­ceau pour expli­quer au monde qu’il est inter­dit d’interdire”. Cette capa­ci­té d’accueillir ce qui doit adve­nir rend l’homme grec fort. Fort parce que disponible. »

Syl­vain Tesson
Un été avec Homère, Édi­tions des Équa­teurs, 2018

La disparition ou la marginalisation du modèle héroïque…

« La dis­pa­ri­tion ou la mar­gi­na­li­sa­tion du modèle héroïque est carac­té­ris­tique du phé­no­mène de la déca­dence. Pour Hei­deg­ger, il faut être en veille pour pou­voir accom­pa­gner l’éclaircie de l’être quand elle se pro­dui­ra. Alors, l’homme rede­vien­dra un homme véri­table qui tel saint Georges réus­si­ra à vaincre le dra­gon par l’alliance de la force du cœur et de l’élévation de l’esprit. »

Ivan Blot
Les déca­dences dans l’his­toire, deuxième opus du cycle de confé­rences sur « L’homme héroïque », 7 octobre 2015

C’est un vieux pays que le nôtre. Solide de ses années…

« C’est un vieux pays que le nôtre. Solide de ses années comme les chênes de leurs cernes. Notre-Dame a huit cent cin­quante ans, la France en a mille et ses racines sont pro­fondes ! Si pro­fondes qu’elles viennent cares­ser les grottes où les hommes du néo­li­thique pei­gnaient des mys­tères flamboyants. »

Erik L’Homme
Le regard des princes à minuit, édi­tions Gal­li­mard Jeu­nesse, coll. Scrip­to, 2014

Notre époque est devenue une époque de la victimologie…

« Notre époque est deve­nue une époque de la vic­ti­mo­lo­gie, c’est à qui sera le plus vic­time. Autre­fois, c’é­tait bien d’être vain­queur. Aujourd’­hui, c’est presque mieux d’a­voir été vic­time. Ça aus­si, ça compte, vous ne regar­dez pas du tout les choses de la même façon selon que vous êtes mar­teau ou enclume. J’en prends pour exemple les Conquis­ta­dors, qui étaient une poi­gnée et qui ont gagné au Mexique ou au Pérou : quand j’é­tais plus jeune, c’é­taient des conqué­rants ; aujourd’­hui ce sont des bour­reaux (…). Aujourd’­hui, il faut en somme pleu­rer la vic­time et consi­dé­rer le vain­queur comme un salaud. »

Gérard Cha­liand
La guerre infor­melle : maquis et conflits, pod­cast de la revue Conflits, 19 mars 2020

L’opinion publique a changé, on n’encaisse plus les pertes…

« Nous avons énor­mé­ment chan­gé. Pour prendre l’exemple fran­çais, en 2008, nous avons per­du dix hommes à Uzbin, non loin de Kaboul, dans une embus­cade. Le Pré­sident de la Répu­blique de l’é­poque y est allé, pour mon­trer en quelque sorte sa sym­pa­thie, etc… Est-ce que on aurait ima­gi­né, cin­quante ans plus tôt, Charles de Gaulle se ren­dant en Algé­rie parce qu’on aurait per­du dix hommes dans une embus­cade alors qu’on les per­dait toutes les deux semaines ? Non. (…) L’o­pi­nion publique a chan­gé, on n’en­caisse plus les pertes. Et c’est cer­tai­ne­ment lié aus­si à notre sen­ti­ment d’a­me­nui­se­ment démo­gra­phique. C’est-à-dire que en 1920, il y a à peu près 33% de ce que l’on appe­lait à l’é­poque « Blancs » (on les appel­le­rait aujourd’­hui les Occi­den­taux) ; aujourd’­hui, les Occi­den­taux repré­sentent maxi­mum 12%. Alors, quand on a 1,5 enfant par femme, on peut dif­fi­ci­le­ment le ris­quer. »

Gérard Cha­liand
La guerre infor­melle : maquis et conflits, pod­cast de la revue Conflits, 19 mars 2020

Quand l’autorité s’est délitée, quand les repères sont perdus…

« Quand l’autorité s’est déli­tée, quand les repères sont per­dus, quand le plus grand nombre déses­père, quand cer­tains se laissent aller à des sen­ti­ments mor­bides en voyant dans la défaite une péni­tence divine, alors, se lèvent de petits groupes sachant ce qu’ils sont, d’où ils viennent, où ils vont et ce qu’ils veulent. Ras­sem­blés der­rière un chef figure de proue alliant éthique et esthé­tique, ils sont les Rebelles. »

Ber­nard Lugan
À pro­pos des « Rebelles » du Salon du livre d’Histoire de Blois : éloge de Domi­nique Ven­ner, 9 octobre 2014

De même que l’homme fort se réjouit dans son aptitude physique…

« De même que l’homme fort se réjouit dans son apti­tude phy­sique, se com­plaît dans les exer­cices qui pro­voquent les muscles à l’action, de même l’analyse prend sa gloire dans cette acti­vi­té spi­ri­tuelle dont la fonc­tion est de débrouiller. Il tire du plai­sir même des plus tri­viales occa­sions qui mettent ses talents en jeu. Il raf­fole des énigmes, des rébus, des hié­ro­glyphes ; il déploie dans cha­cune des solu­tions une puis­sance de pers­pi­ca­ci­té qui, dans l’opinion vul­gaire, prend un carac­tère surnaturel. »

Edgar Allan Poe
Double assas­si­nat dans la rue Morgue (The Mur­ders in the Rue Morgue), 1841, trad. Charles Bau­de­laire, in His­toires extra­or­di­naires, 1856, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2020

La civilisation de la quantité opposée à celle de la qualité…

« La civi­li­sa­tion de la quan­ti­té oppo­sée à celle de la qua­li­té. Les imbé­ciles y dominent donc par le nombre, ils sont le nombre […]. Un monde domi­né par la force est un monde abo­mi­nable, mais le nombre domi­né par le nombre est ignoble. La force fait tôt ou tard sur­gir des révol­tés, elle engendre l’esprit de révolte, elle fait des héros et des mar­tyrs. La tyran­nie abjecte du nombre est une infec­tion lente qui n’a jamais pro­vo­qué de fièvre. Le nombre crée une socié­té à son image, une socié­té d’êtres non pas égaux mais pareils, seule­ment recon­nais­sables à leurs empreintes digitales. »

Georges Ber­na­nos
La France contre les robots, édi­tions Robert Laf­font, 1947

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés