Thème

Citations sur l'inégalité

L’inégalité est vraie de fait…

« L’inégalité est vraie de fait pour la seule rai­son qu’elle est vraie de droit, elle est réelle pour la seule rai­son qu’elle est néces­saire. Ce que l’idéologie éga­li­taire vou­drait dépeindre comme un état de jus­tice, serait au contraire, d’un point de vue plus éle­vé et à l’abri des rhé­to­riques huma­ni­taires, un état d’injustice. C’est une chose qu’Aris­tote et Cicé­ron avaient déjà recon­nue. Impo­ser l’inégalité veut dire trans­cen­der la quan­ti­té, veut dire admettre la qua­li­té. C’est ici que se dis­tinguent net­te­ment les concepts d’individu et de per­sonne. »

Julius Evo­la
Les Hommes au milieu des ruines (Gli uomi­ni e le rovine), 1953

Le fort fait ce qu’il peut faire…

« Le fort fait ce qu’il peut faire et le faible subit ce qu’il doit subir. »

Thu­cy­dide
His­toire de la guerre du Pélo­pon­nèse, 431 – 411 avant notre ère, trad. Jac­que­line de Romil­ly, Robert Laf­font édi­teur, coll. Bou­quins, 1990

Votre délire d’égalité était une attaque meurtrière contre l’être…

« Votre délire d’éga­li­té était une attaque meur­trière contre l’être, contre toutes ses richesses et ses valeurs ; c’était la soif de piller le monde divin et d’anéantir toute gran­deur ici-bas. L’esprit du néant vous anime, c’est lui qui vous a ins­pi­ré ces idées et ces pas­sions éga­li­taires. La loi de l’entropie, qui mène à la mort par une dif­fu­sion égale de la cha­leur, agit à tra­vers vous dans la vie sociale […] Exi­ger l’égalité abso­lue, c’est vou­loir retour­ner à l’état ori­gi­nel, chao­tique, téné­breux, au nivel­le­ment et à la non-dif­fé­ren­cia­tion ; c’est vou­loir le néant. L’exigence révo­lu­tion­naire du retour à l’égalité dans le néant est née du refus d’assumer les sacri­fices et les souf­frances par les­quels passe la voie de la vie supé­rieure. Voi­là la réac­tion la plus effrayante, la néga­tion du sens de tout le pro­ces­sus créa­teur du monde. L’enthousiasme de la révo­lu­tion est un enthou­siasme réac­tion­naire. L’exigence contrai­gnante de l’égalisation qui pro­cède de l’obscurité chao­tique est une ten­ta­tive pour détruire la struc­ture hié­rar­chique du cos­mos for­mé par la nais­sance créa­trice de la lumière dans les ténèbres ; c’est un essai pour détruire la per­sonne même de l’homme en tant que degré hié­rar­chique né dans l’inégalité ; c’est un atten­tat contre la place royale de l’homme dans l’ordre cosmique. »

Nico­las Berdiaev
De l’inégalité, Édi­tions L’Âge d’homme, 2008

Les hommes les plus semblables et les plus ordinaires…

« Si l’on admet […] que, de tout temps, le dan­ger n’a rap­pro­ché que des hommes qui pou­vaient dési­gner, au moyen de signes sem­blables, des besoins sem­blables, des évé­ne­ments sem­blables, il résulte, dans l’ensemble, que la faci­li­té de com­mu­ni­quer dans le péril, c’est-à-dire en somme le fait de ne vivre que des évé­ne­ments moyens et com­muns, a dû être la force la plus puis­sante de toutes celles qui ont domi­né l’homme jusqu’ici. Les hommes les plus sem­blables et les plus ordi­naires eurent tou­jours et ont encore l’avantage ; l’élite, les hommes raf­fi­nés et rares, plus dif­fi­ciles à com­prendre, courent le risque de res­ter seuls et, à cause de leur iso­le­ment, ils suc­combent aux dan­gers et se repro­duisent rare­ment. Il faut faire appel à de pro­di­gieuses forces adverses pour entra­ver ce natu­rel, trop natu­rel, pro­gres­sus in simile, le déve­lop­pe­ment de l’homme vers le sem­blable, l’ordinaire, le médiocre, le trou­peau — le commun ! »

Frie­drich Nietzsche
Par-delà le bien et le mal – Pré­lude d’une phi­lo­so­phie de l’a­ve­nir (Jen­seits von Gut und Böse – Vor­spiel einer Phi­lo­so­phie der Zukunft), 1886, trad. Patrick Wot­ling, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2000

D’où vient cette déviation de l’instinct ?

« En Afrique, cet amour anor­mal [l’ho­mo­sexua­li­té] est entré si pro­fon­dé­ment dans les mœurs que les Arabes semblent le consi­dé­rer comme aus­si natu­rel que l’autre. D’où vient cette dévia­tion de l’ins­tinct ? De plu­sieurs causes sans doute. La plus appa­rente est la rare­té des femmes, séques­trées par les riches qui pos­sèdent quatre épouses légi­times et autant de concu­bines qu’ils en peuvent nour­rir. Peut-être aus­si l’ar­deur du cli­mat, qui exas­père les dési­rs sen­suels, a‑t-elle émous­sé chez ces hommes de tem­pé­ra­ment violent la déli­ca­tesse, la finesse, la pro­pre­té intel­lec­tuelle qui nous pré­servent des habi­tudes et des contacts répu­gnants. Peut-être encore trouve-t-on là une sorte de tra­di­tion des mœurs de Sodome, une héré­di­té vicieuse chez ce peuple nomade, inculte, presque inca­pable de civi­li­sa­tion, demeu­ré aujourd’­hui tel qu’il était aux temps bibliques. »

Guy de Maupassant
Pro­vince d’Al­ger, 1884, in Au soleil sui­vi de La Vie errante et autres voyages, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio, 2015

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés