Thème

Citations sur l'idéal

Le progrès devrait vouloir dire…

« Le pro­grès devrait vou­loir dire que nous trans­for­mons sans cesse le monde pour l’a­dap­ter à notre vision. Il signi­fie en réa­li­té (à l’heure actuelle) que nous chan­geons sans cesse la vision. Il devrait vou­loir dire que nous appor­tons len­te­ment mais sûre­ment la jus­tice et la cha­ri­té aux hommes ; il signi­fie en réa­li­té que nous avons tôt fait de dou­ter des avan­tages de la jus­tice et de la charité. […]
Nous ne modi­fions pas le réel pour l’a­dap­ter à l’i­déal. Nous modi­fions l’i­déal : c’est plus facile. »

Gil­bert Keith Chesterton
Ortho­doxie, 1908, trad. Lucien d’A­zay, édi­tions Flam­ma­rion, coll. « Cli­mats », 2010

Le militantisme est une école…

« Le mili­tan­tisme est une école, et l’une des meilleures qui puissent être. C’est une école de dis­ci­pline et de tenue, d’exaltation et d’enthousiasme, une école de don de soi. C’est aus­si un creu­set d’ami­tié comme il y en a peu : avoir mili­té ensemble crée des liens qui per­durent dans le temps et, par­fois, triomphent de tout. […] Cela dit, c’est aus­si une école dont il faut savoir sor­tir […]. Le mili­tan­tisme a aus­si ses limites. Il a ses aspects néga­tifs. Le mili­tant n’est pas seule­ment quelqu’un qui se donne à fond, ce qui est une bonne chose. C’est aus­si un par­ti­san dans le mau­vais sens du terme. Il répète un caté­chisme, il se réfère à un nous” col­lec­tif qui le dis­pense de toute pen­sée per­son­nelle. Le bon mili­tant” est un true beli­vier, qui pré­fère les réponses aux ques­tions parce qu’il a besoin de certitudes. »

Alain de Benoist
Mémoire vive, entre­tiens avec Fran­çois Bous­quet, édi­tions de Fal­lois, 2012

Les hommes se reconnaissent moins à leurs idées…

« Les hommes se recon­naissent moins à leurs idées qu’à leur atti­tude devant la vie. Ceux qui servent une idée s’a­per­çoivent plus ou moins vite de la dégra­da­tion de leur idéal lors­qu’on l’ap­plique aux faits. Ils se réfu­gient dans un acte de foi qui bien sou­vent ne s’ex­prime pas autre­ment que par la confiance en cer­tains guides. Mais cet acte de foi donne un sens à leur vie. »

Mau­rice Bardèche
Sparte et les Sudistes, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1969

La jeunesse n’est pas une période de la vie…

« La jeu­nesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volon­té, une qua­li­té de l’imagination, une inten­si­té émo­tive, une vic­toire du cou­rage sur la timi­di­té, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un cer­tain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déser­té son idéal. »

Géné­ral Dou­glas MacArthur
Être jeune, 1945

Les idéaux sont éternels. Les idées ne le sont pas…

« Les idéaux sont éter­nels. Les idées ne le sont pas. La contra­dic­tion dans laquelle nous tom­bons dès que nous appli­quons à des idées la mesure d’une éter­ni­té dont nous avons un pres­sen­ti­ment, mais aucune notion, repose sur cette confu­sion des idées et des idéaux.[…] Les idéaux sont tou­jours en quelque façon devant nous, et ils sont assu­ré­ment ces « modèles de vie qui se pré­sentent à l’esprit des groupes humains », dont parle Plenge.
Les idées sont au contraire der­rière nous et ce sont des concepts abs­traits dans les­quels les hommes résument leurs pro­blèmes en se tour­nant vers le pas­sé, après les avoir réso­lu lorsqu’ils étaient tour­nés vers l’avenir. »

Arthur Moel­ler van den Bruck
La révo­lu­tion des peuples jeunes, recueil de textes écrits entre 1916 et 1923, trad. Jean-Paul Allard, édi­tions Par­dès, 1993

Dans le monde germanique le héros est un idéal moral…

« Dans le monde ger­ma­nique le héros est un idéal moral. Le chant qui lui est consa­cré n’est pas seule­ment un agréable passe-temps pour les heures de loi­sirs, il a en outre une signi­fi­ca­tion bien plus haute. Le chant héroïque devait offrir à l’antrustionnat du prince ger­ma­nique à la cour duquel il était décla­mé, dans une grande salle, un magni­fique exemple de ver­tus viriles que chaque guer­rier devait ten­ter d’égaler. C’est pré­ci­sé­ment cela qui donne à l’épopée héroïque sa valeur d’éternité : un type d’humanité qui s’y est en effet éle­vé au rang d’un modèle uni­ver­sel de prouesse guer­rière aux dimen­sions presque surhumaines. »

Jan de Vries
L’univers men­tal des Ger­mains, édi­tions du Porte-glaive, 1988

La jeunesse est faite pour l’héroïsme…

« La jeu­nesse est faite pour l’héroïsme. C’est vrai, il faut de l’héroïsme à un jeune homme pour résis­ter aux ten­ta­tions qui l’entourent, pour croire tout seul à une doc­trine mépri­sée, pour oser faire face sans recu­ler, pour résis­ter à sa famille et à ses amis, pour être fidèle contre tous. Ne croyez pas que vous serez dimi­nué, vous serez au contraire mer­veilleu­se­ment aug­men­té. C’est par la ver­tu que l’on est un homme. La vie vous paraî­tra alors pleine de saveur. »

Paul Clau­del
Lettre à Jacques Rivière, in Cor­res­pon­dance de Jacques Rivière et Paul Clau­del (1907 – 1914), édi­tions Plon, 1926

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés