Thème

Citations sur le danger

Hommes requis pour voyage périlleux…

« La célèbre annonce parue dans la presse bri­tan­nique au début du 20ème siècle, par laquelle l’ex­plo­ra­teur polaire Sha­ck­le­ton cherche à recru­ter son équi­page : Hommes requis pour voyage périlleux, bas salaire, froid intense, longs mois de ténèbres, dan­gers constants, retour incer­tain. Hon­neur et célé­bri­té en cas de suc­cès.”, je connais tant de jeunes (et de moins jeunes) qui y répon­draient tout de suite, Oui ! Mais qui aujourd’­hui pas­se­rait cette annonce ? »

Jean-Fran­çois Deniau
His­toires de cou­rage, édi­tions Plon, 2000

La société est tiède et le confort nous affaiblit…

« Oui, la socié­té est tiède et le confort nous affai­blit mais beau­coup d’hommes et de femmes redé­couvrent la nature, l’effort, le com­bat. Qui ne voit le déve­lop­pe­ment des sports extrêmes” : la course au large, le trail, les par­cours le long des crêtes, le wing­suit, c’est-à-dire le rêve d’Icare enfin réa­li­sé ? Qui ne voit le regain des ran­don­nées au long cours Sur les che­mins noirs de la France, les routes d’Europe ou les pèle­ri­nages de Chartes ou de Com­pos­telle ? Qui ne voit l’intérêt crois­sant des nôtres pour les sports de défense : tir ou boxe ? À l’instar de ce qui se pas­sa au XIXe siècle quand les socié­tés de gym­nas­tique furent un élé­ment cen­tral du réveil des peuples. »

Jean-Yves Le Gal­lou
Après le der­nier homme, l’Européen de demain !, allo­cu­tion au qua­trième col­loque de l’Institut Iliade, Paris, Mai­son de la Chi­mie, 18 mars 2017

Un monde absolument hostile, qui n’est pas fait pour l’homme…

« Un monde abso­lu­ment hos­tile, qui n’est pas fait pour l’homme, et qui l’attire pour­tant comme un des der­niers défis de notre pla­nète trop civi­li­sée ! Et certes, il faut être très civi­li­sé pour appré­cier cette aber­ra­tion, le choix volon­taire de se pri­ver du confort de la vie moderne. Il faut être reve­nu de beau­coup de choses, avoir épui­sé beau­coup de plai­sirs, pour goû­ter les délices de la fatigue, du froid, de la peur, de la souf­france… Mais c’est à ce prix seule­ment que l’homme à l’âme terne, ras­sa­sié de bien-être et de sécu­ri­té peut se sen­tir à nou­veau exis­ter. »

Anne-Laure Boch
L’Euphorie des Cimes, Édi­tions Trans­bo­réales, 2011

Tant que ne se concrétise pas le péril d’une invasion…

« Tant que ne se concré­tise pas le péril d’une inva­sion ou d’une dis­pa­ri­tion par assi­mi­la­tion ou métis­sage, les peuples n’ont aucune rai­son de se méfier des étran­gers. Bien au contraire, ils les reçoivent dans le res­pect des lois de l’hospitalité. Tout change évi­dem­ment du jour où ils découvrent que l’hôte en pro­fite pour leur prendre leur femme ou leur fille, rafler leur bétail, les chas­ser de leur mai­son et s’emparer peut-être de l’âme de leur fils. »

Domi­nique Ven­ner
His­toire et tra­di­tion des Euro­péens, Édi­tions du Rocher, coll. His­toire, 2002

Nous sommes pris dans une alternative…

« Nous sommes pris dans une alter­na­tive qui ne nous per­met plus d’exister médio­cre­ment ; il nous faut vivre plus puis­sam­ment, ou bien dis­pa­raître, nous sur­pas­ser ou nous abo­lir. […] La tra­gé­die essen­tielle n’est pas de savoir quels dan­gers nous menacent, mais de défi­nir d’abord ce qu’ils menacent en nous, car il impor­te­rait assez peu que nous fus­sions détruits, si nous avions ren­du cette des­truc­tion légi­time en ne valant presque rien. »

Abel Bon­nard
Les Modé­rés, édi­tions Gras­set, 1936

Aux jeunes gens qui, dans la nuit et le brouillard…

« Aux jeunes gens qui, dans la nuit et le brouillard, quittent la mai­son fami­liale, leur sen­ti­ment dit bien qu’il faut s’en aller très loin à la recherche du dan­ger. Ain­si peuvent appa­raître des per­son­nages qui osent à peine par­ler leur propre langue, si supé­rieure pour­tant : que ce soit celle du poète qui se com­pare lui-même à l’albatros dont les ailes puis­santes, bâties pour la tem­pête, ne sus­citent qu’importune curio­si­té dans un milieu étran­ger où le vent est tom­bé ; ou celle du guer­rier-né qui passe pour un bon à rien parce que la vie des bou­ti­quiers l’emplit de dégoût. »

Ernst Jün­ger
Le Tra­vailleur (Der Arbei­ter), 1931, trad. Julien Her­vier, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1989

Nous avons oublié les bêtes féroces…

« Nous avons oublié les bêtes féroces : il y eut des mil­lé­naires où, soit veillant, soit dor­mant, les hommes pen­saient à elles. »

Frie­drich Nietzsche
Frag­ments post­humes, Tome IV, 1880 – 1881, trad. Julien Her­vier, édi­tions Gal­li­mard, 1970

On ne connaît pas un homme avant…

« On ne connaît pas un homme avant de l’avoir vu au dan­ger. »

Ernst Jün­ger
Orages d’acier (In Stahl­ge­wit­tern), 1920, Trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1995

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés