Thème

Citations sur la réalité

Alors qu’est-ce que la déconstruction ?…

« Alors qu’est-ce que la décons­truc­tion ? Pour le dire d’une phrase, c’est un geste ico­no­claste de néga­tion radi­cale, qui fomente la sub­ver­sion de tout royaume, selon le mot de Der­ri­da, de façon à ce qu’il n’y ait plus de foyer légi­time ni du pou­voir ni du savoir. Pire : c’est le prin­cipe même de réa­li­té qu’elle sub­ver­tit de fond en comble — ce qui fait d’elle une uto­pie au sens où elle ne recon­naît pas le réel — pour rem­pla­cer ce der­nier par une expé­rience inédite d’in­gé­nie­rie sociale. »

Fran­çois Bousquet
Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité euro­péenne, édi­tions Pierre Guillaume de Roux, 2018

Le journalisme n’est qu’une prodigieuse entreprise de falsification…

« Le jour­na­lisme n’est qu’une pro­di­gieuse entre­prise de fal­si­fi­ca­tion, voire d’éradication de la réa­li­té, sous cou­vert d’informer et d’analyser, l’information ne par­lant en véri­té que d’elle-même et l’analyse ser­vant des inté­rêts propres à ren­for­cer l’ignorance et la déchéance spi­ri­tuelle des hommes. De là mon sou­ci, qui irait crois­sant, de n’être plus informé. »

Richard Millet
La confes­sion néga­tive, édi­tions Gal­li­mard, 2009

Ce feu résume une vivante tradition. Non pas une image inconsistante…

« La Flamme.
Ce feu résume une vivante tra­di­tion. Non pas une image incon­sis­tante, mais une réa­li­té. Une réa­li­té aus­si tan­gible que la dure­té de cette pierre ou ce souffle de vent. Le sym­bole du sol­stice est que la vie ne peut pas mou­rir. Nos ancêtres croyaient que le soleil n’abandonne pas les hommes et qu’il revient chaque année au ren­dez-vous du prin­temps.
Nous croyons avec eux, que la vie ne meurt pas et que par-delà la mort des indi­vi­dus, la vie col­lec­tive continue.
Qu’importe ce que sera demain. C’est en nous dres­sant aujourd’­hui, en affir­mant que nous vou­lons res­ter ce que nous sommes, que demain pour­ra venir.
Nous por­tons en nous la flamme. La flamme pure de ce feu de foi. Non pas un feu de sou­ve­nir. Non pas un feu de pié­té filiale. Mais un feu de joie et de gra­vi­té qu’il convient d’allumer sur notre terre. Là nous vou­lons vivre et rem­plir notre devoir d’hommes sans renier aucune des par­ti­cu­la­ri­tés de notre sang, notre his­toire, notre foi entre­mê­lés dans nos sou­ve­nirs et dans nos veines…
Ce n’est pas la résur­rec­tion d’un rite abo­li. C’est la conti­nua­tion d’une grande tra­di­tion. D’une tra­di­tion qui plonge ses racines au plus pro­fond des âges et ne veut pas dis­pa­raître. Une tra­di­tion dont chaque modi­fi­ca­tion ne doit que ren­for­cer le sens sym­bo­lique. Une tra­di­tion qui peu à peu revit. »

Jean Mabire
Les Sol­stices, His­toire et actua­li­té, édi­tions Le Flam­beau, 1991

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés