Thème

Citations sur la modernité

Le totalitarisme est une structure indépendante du contenu qu’on y met…

« Alexandre Zino­viev me fai­sait obser­ver que le tota­li­ta­risme était une struc­ture indé­pen­dante du conte­nu qu’on y met, qu’il était pas­sé par diverses ébauches his­to­riques et qu’il consti­tuait l’a­ve­nir iné­luc­table de la socié­té indus­trielle où la fonc­tion prend le pas sur l’être. »

Slo­bo­dan Despot
Entre­tien accor­dé à la revue Rébel­lion, nº 55, juillet-août 2012

La modernité est l’univers…

« La moder­ni­té est l’u­ni­vers dans lequel le mou­ve­ment prend toute la place, à la fois comme un fait et comme une norme. Le mou­ve­ment est tout ce qui est, et tout ce qui doit être. Mal­heur à celui qui n’est pas assez mobile, pas assez souple et adap­table, pour se cou­ler dans le flux : il consti­tue une objec­tion vivante à ce monde nou­veau, à ce monde du nou­veau, qui ne lui par­don­ne­ra pas de res­ter comme un fos­sile encom­brant au milieu de l’in­no­va­tion triom­phante. La moder­ni­té se carac­té­rise par une immense colère contre ce qui ne se met pas à son rythme. »

Fran­çois-Xavier Bellamy
Demeure. Pour échap­per à l’ère du mou­ve­ment per­pé­tuel, Édi­tions Gras­set, 2018

Ces gens modernes…

« Ces gens modernes entendent sim­ple­ment par acti­vi­té men­tale un train express rou­lant de plus en plus vite le long des mêmes rails en direc­tion de la même gare ; ou bien de plus en plus de wagons accro­chés pour être conduits à la même des­ti­na­tion. La notion qui a dis­pa­ru de leurs esprits est celle du mou­ve­ment volon­taire, même pour atteindre le même but. Ils ont fixé non seule­ment les fins, mais les moyens. Ils ont impo­sé non seule­ment les doc­trines, mais les mots. »

Gil­bert Keith Chesterton
La Chose, trad. Pierre Gugliel­mi­na, cha­pitre « Sur le cou­rage et l’indépendance », édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2015

Pour l’islam de France…

« Pour l’islam de France, la sor­tie de reli­gion telle que la conçoivent de concert le pro­gres­sisme liber­taire et la moder­ni­té libé­rale n’est pas seule­ment vécue comme un désen­chan­te­ment abso­lu du monde, mais aus­si et sur­tout comme un sys­tème qui met en péril les inva­riants anthro­po­lo­giques dont les reli­gions ont eu jus­qu’i­ci la garde his­to­rique. Il y a là, pour qui tient les yeux ouverts, l’embryon d’une guerre civile. »

Patrick Buis­son
La Cause du peuple, édi­tions Per­rin, 2016

Dans le spectacle moderne…

« Dans le spec­tacle moderne, le mal­heur des autres est un spec­tacle télé­vi­sé, nos jeux du cirque de la Rome déca­dente à nous, démo­cra­ties éner­vées par le vacarme orga­ni­sé et le silence com­plice. La seule règle étant de renou­ve­ler le spec­tacle, de la Soma­lie au Rwan­da, du Liban à la Bos­nie. Le tapage ne conduit pas à agir hélas, mais à un autre tapage : condam­ner, déplo­rer, aver­tir solen­nel­le­ment, trop sou­vent sans consé­quences. La parole n’en­traîne que la parole. La langue coupe la tête, affirme le pro­verbe tatar. »

Jean-Fran­çois Deniau
Mémoires de 7 vies. Les temps aven­tu­reux, Tome 1, édi­tions Plon, 1994

Le monde moderne est rempli d’hommes…

« Le monde moderne est rem­pli d’hommes qui s’accrochent si for­te­ment aux dogmes qu’ils ne savent même pas que ce sont des dogmes. »

Gil­bert Keith Chesterton
Héré­tiques, 1905

Dans sa boulimie de production…

« Dans sa bou­li­mie de pro­duc­tion, la moder­ni­té crée des pro­duits sans ave­nir. Le capi­ta­lisme c’est la réduc­tion de l’in­ter­valle entre le moment où l’on achète un objet et où on le remplace. »

Syl­vain Tesson
Éloge de l’éner­gie vaga­bonde, Édi­tions des Équa­teurs, 2007, 978−2−266−17874−7, p. 13

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés