Thème

Citations sur la fierté

Longtemps je regardai les yeux de l’ami couché dans la mort…

« Long­temps je regar­dai les yeux de l’ami cou­ché dans la mort, puis de la main gauche je ver­sai sur sa poi­trine une poi­gnée de terre. La grande Mère, dont il avait célé­bré les fêtes farouches et qu’enivre un sang joyeux, est fière de tels enfants. »

Ernst Jün­ger
Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen) 1939, trad. Hen­ri Tho­mas, édi­tions Gal­li­mard 1942, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Nous sommes le produit d’une collectivité…

« Que serait donc un homme à ses propres yeux, s’il ne repré­sen­tait que soi-même ? Quand cha­cun de nous tourne la tête sur son épaule, il voit une suite indé­fi­nie de mys­tères, dont les âges les plus récents s’appellent la France. Nous sommes le pro­duit d’une col­lec­ti­vi­té qui parle en nous. Que l’influence des ancêtres soit per­ma­nente, et les fils seront éner­giques et droits, la nation une. »

Mau­rice Bar­rès, confé­rence inau­gu­rale de la Ligue de la patrie fran­çaise, 31 décembre 1898, cité par Éric Branca
3 000 ans d’idées poli­tiques, Chro­nique édi­tions, 2014

Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vulgaire…

« Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vul­gaire com­pé­ti­tion pour la réus­site, les hon­neurs ou l’argent. La com­pé­ti­tion n’est pas le but. Elle est le sti­mu­lant. Cette dif­fé­rence per­met de dis­tin­guer entre l’authenticité et son contraire, la fier­té, la vanité. »

Domi­nique Venner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Les vertus que vous cultiverez par-dessus tout…

« Les ver­tus que vous culti­ve­rez par-des­sus tout sont le cou­rage, le civisme, la fier­té, la droi­ture, le mépris, le dés­in­té­res­se­ment, la poli­tesse, la recon­nais­sance, et, d’une façon géné­rale, tout ce qu’on entend par le mot générosité. »

Hen­ry de Montherlant
Lettre d’un père à son fils in Ser­vice inutile, 1935, édi­tions Gal­li­mard, 1973, coll. Folio Essais, 2005

Nous n’abandonnerons jamais la France…

« Nous n’abandonnerons jamais la France parce que nous savons que notre pays n’appartient qu’à ceux qui l’aiment assez pro­fon­dé­ment pour tout lui don­ner. Et nous sommes de ceux-là. Et, don­nant tout, alors, peut-être, rece­vrons-nous notre nour­ri­ture d’homme, la seule nour­ri­ture qui vaille : la fier­té, l’honneur, la joie du devoir accompli. »

Robert Ménard
Dis­cours pour la com­mé­mo­ra­tion du mas­sacre du 5 juillet 1962 à Oran, Béziers, 5 juillet 2015

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés