Thème

Citations sur la différence

Ici plus qu’ailleurs peut-être se pose la question des fausses différences et des fausses ressemblances…

« Ici plus qu’ailleurs peut-être se pose la ques­tion des fausses dif­fé­rences et des fausses res­sem­blances. La Renais­sance ita­lienne, cette pro­di­gieuse efflo­res­cence de génies pro­fon­dé­ment dif­fé­rents les uns des autres, n’a­vait d’autre doc­trine que l’i­mi­ta­tion : de la nature, des Anciens, des maîtres, des rivaux. C’est en accep­tant un modèle que ces artistes se diver­si­fiaient. Au contraire, en reje­tant l’i­dée de modèle, l’art moderne sombre sou­vent dans les sables mou­vants des modes et des influences. Si j’i­mite volon­tai­re­ment, de toutes mes dif­fé­rences, j’ob­tiens une œuvre ori­gi­nale : si je me laisse por­ter par mes pul­sions indi­vi­duelles, je débouche le plus sou­vent dans un maré­cage d’in­di­vi­dua­li­tés sem­blables où je m’en­lise irrémissiblement. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

L’autre grand défaut de notre temps

« L’autre grand défaut de notre temps, après la fausse liber­té, est le refus de la dif­fé­rence, ce qui va logi­que­ment ensemble. Le refus de la dif­fé­rence, entre bien et mal, entre vie et mort, entre jeu­nesse et vieillesse, entre san­té et mala­die, entre races et entre sexes. Rien à voir avec la supé­rio­ri­té. C’est au Musée de l’homme, à l’école du Pr Rivet que j’ai appris à recon­naître sur un crâne, la race, le sexe et l’âge du mort. Atten­tion. L’absence de dif­fé­rence s’appelle l’indifférence. La bar­ba­rie par l’indifférence existe aussi. »

Jean-Fran­çois Deniau
His­toires de cou­rage, édi­tions Plon, 2000

Je vois bien que pour croire à la différence…

« Je vois bien que pour croire à la dif­fé­rence il faut croire à un cer­tain abso­lu. Il faut croire à l’être. Un exis­ten­tia­liste végé­tant dans un monde non orien­té, où tout est per­mis, où rien n’a ni queue ni tête, où les capi­taines ont été dégra­dés par la mort de Dieu, où le 1er jan­vier est un jour comme un autre, où Sisyphe ne roule son caillou que par entê­te­ment, dans une espèce de bon­heur tout de même un peu som­maire, n’a évi­dem­ment que faire des dif­fé­rences. Mais aus­si ce sont les exis­ten­tia­listes qui ont prô­né le déses­poir envi­sa­gé comme une manière de vivre. Or, fran­che­ment, le déses­poir ne m’in­té­resse pas. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

La différence, qu’est-ce que c’est ?…

« La dif­fé­rence, qu’est-ce que c’est ?
Carac­tère ou ensemble de carac­tères qui dis­tingue une chose d’une autre”, pose le dic­tion­naire. Comme telle, la dif­fé­rence est le sup­port de la connais­sance. Ce n’est que par leurs dif­fé­rences que l’in­tel­li­gence peut sai­sir les choses. La dis­cri­mi­na­tion est sa fonc­tion pre­mière, et le monde ne lui est acces­sible que dans la mesure où il est com­po­sé d’élé­ments dis­tincts. Il ne sau­rait y avoir de connais­sance du chaos. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

Et pourquoi tant de désespérance ?…

« Et pour­quoi tant de déses­pé­rance ? C’est peut-être que, après nous avoir ban­de­rillés comme il se doit, Pro­custe a com­men­cé à nous esto­quer au défaut de notre être incar­né, là où la dif­fé­rence est non plus impor­tante mais essen­tielle. Pen­dant des siècles, il a paru évident que rien ne pou­vait être plus dif­fé­rent que l’homme et la femme. Pour les empi­ristes, le sexe, c’é­tait la dif­fé­rence cris­tal­li­sée ; pour les pla­to­ni­sants, c’é­tait l’I­dée même de la différence. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

Tout homme est désormais un « porc » en puissance…

« L’introduction des concepts de gros­so­pho­bie, de vali­disme (qui serait un rejet des per­sonnes han­di­ca­pées ou non valides) ou encore de spé­cisme (qui dénonce la supé­rio­ri­té de l’homme sur l’animal) pour­rait de prime abord faire sou­rire, mais ce serait oublier les ligues de ver­tu qui com­mencent déjà à vou­loir faire recon­naître et sanc­tion­ner ces racismes” sur le plan juri­dique. La gros­so­pho­bie” – mot entré au dic­tion­naire en mai 2018 – a d’ailleurs déjà fait l’objet d’une cam­pagne offi­cielle de sen­si­bi­li­sa­tion par la Mai­rie de Paris. Au final, on remarque que le féti­chisme de la non-dis­cri­mi­na­tion est for­te­ment empreint d’une sorte de mar­xisme cultu­rel qui tend à ana­ly­ser sys­té­ma­ti­que­ment les rap­ports humains ou sociaux en termes de domi­nants-domi­nés ou de bour­reaux-vic­times et qui sou­tient que l’Occident serait essen­tiel­le­ment défi­ni par une struc­ture patriar­cale, homo­phobe, raciste et sexiste qu’il fau­drait faire tom­ber urgem­ment. Toute dif­fé­rence consi­dé­rée, à tort ou à rai­son, comme supé­rieure est dès lors oppres­sante” et doit être gom­mée. Tout homme est désor­mais un porc” en puis­sance, un Blanc est néces­sai­re­ment un colo­ni­sa­teur escla­va­giste”, émettre un juge­ment de pré­fé­rence esthé­tique sur la min­ceur d’une femme devient gros­so­phobe”, etc. La hié­rar­chie, l’élitisme ou encore la recherche du Beau et du Bien sont balayés par cette tyran­nie de la fai­blesse où la vic­time est glo­ri­fiée (on lui donne même la Légion d’honneur) et où le beau et le fort deviennent d’insupportables oppresseurs. »

Thi­bault Mercier
Athé­na à la borne. Dis­cri­mi­ner ou dis­pa­raître ?, Pierre-Guillaume de Roux édi­teur, 2019

Chacun devient effroyablement responsable de ce qu’il lui arrive…

« À une jour­née de marche du pre­mier hameau, une autre de la route, puis deux jours de jeep de la pre­mière ville et encore un jour de voi­ture du pre­mier hôpi­tal, on ne marche pas, on ne res­pire pas, on ne mange pas de la même façon. Cha­cun devient effroya­ble­ment res­pon­sable de ce qu’il lui arrive. Tout prend alors un sens plus ter­ri­fiant, un sens plus authentique. »

Erik L’Homme
Des pas dans la neige. Aven­tures au Pakis­tan, édi­tions Gal­li­mard Jeu­nesse, coll. Pôle fic­tion, 2010

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés