Thème

Citations sur la différence

Le plus insupportable dans une société de masse…

« Ce qui est le plus insup­por­table dans une socié­té de masse, ce n’est pas (ou du moins pas essen­tiel­le­ment) le nombre de gens qui la com­posent, mais le fait que l’espace entre eux a per­du sa capa­ci­té de les réunir, de les relier les uns aux autres et en même temps de les dis­tin­guer. »

Han­nah Arendt
Condi­tion de l’homme moderne (The Human Condi­tion), 1958, trad. Georges Fra­dier, édi­tions Cal­mann-Lévy, 2018

Nous vivons à l’époque des zoologistes…

« Nous vivons à l’époque des zoo­lo­gistes. On veut à toute force vous clas­ser dans une caté­go­rie réper­to­riée. Vieux pro­cé­dé de toutes les polices poli­tiques, de toutes les inquisitions. »

Domi­nique Venner
Car­nets rebelles – volume I, édi­tions de La Nou­velle Librai­rie, 2021

Si on dit que le monde n’est composé que d’individus…

« Une fois que l’on pro­clame que l’indi­vi­du est supé­rieur au col­lec­tif, il lui est supé­rieur en tout. Si on dit que le monde n’est com­po­sé que d’individus, alors il est natu­rel que tout ce qui reste de dis­tinc­tions soit pro­gres­si­ve­ment balayé : il n’y a plus lieu de faire de dif­fé­rence entre Afri­cains et Euro­péens, car tous ne sont que des indi­vi­dus ; il n’y a plus lieu de faire de dif­fé­rence entre hommes et femmes, car tous ne sont que des indi­vi­dus abstraits. »

Guillaume Tra­vers
Entre­tien au site La Droite de demain, 15 février 2021

Nous avons un marché universel…

« Nous avons un mar­ché uni­ver­sel, mais il n’est pas por­teur des effets civi­li­sa­teurs qu’en atten­daient avec tant de confiance Hume et Vol­taire. Au lieu d’engendrer une prise en compte nou­velle de nos incli­na­tions de nos inté­rêts com­muns – de l’identité essen­tielle des êtres humains sur toute la sur­face du globe – le mar­ché mon­dial semble inten­si­fier la prise de conscience des dif­fé­rences eth­niques et natio­nales. L’unification du mar­ché va de pair avec la frag­men­ta­tion de la culture. »

Chris­to­pher Lasch
La révolte des élites et la tra­hi­son de la démo­cra­tie (The Revolt of the Elites and the Betrayal of Demo­cra­cy), 1995, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Champs, 2007

L’égalitarisme ne relève pas du domaine de la mesure…

« L’éga­li­ta­risme ne relève pas du domaine de la mesure” mais de celui des armes tran­chantes. Il ne toise pas mais guillo­tine en per­sé­cu­tant le noyau cen­tral de la vie : la diver­si­té”.
Pri­vi­lé­giée, dès la lote­rie géné­tique, elle est la base même de toute exis­tence et en assure la péren­ni­té. Sa suite logique, la dis­cri­mi­na­tion”, est tout aus­si hon­nie. On lutte contre… Et encore une fois, il s’agit d’un com­bat contre la vie elle-même, car la marche, la vue, les gestes quo­ti­diens et l’ensemble des dédales de l’intelligence s’élaborent grâce à la dis­cri­mi­na­tion. »

Lau­rence Maugest
L’égalitarisme : le géno­cide de l’humanité, Polé­mia, 9 juin 2015

Je suis un partisan des frontières…

« Je suis un par­ti­san des fron­tières, à condi­tion de pou­voir les fran­chir sans tra­cas­se­ries inutiles. Mais j’ai­me­rais qu’on fasse pas­ser chaque voya­geur devant un détec­teur qui refou­le­rait impi­toya­ble­ment les imbé­ciles et les vul­gaires, le petit nombre étant seul admis à jouir des dif­fé­rences et s’en abreu­ver. J’ap­pelle de tous mes vœux la mul­ti­pli­ca­tion à l’in­fi­ni des fron­tières, à l’a­bri des­quelles les si pré­cieuses dif­fé­rences pour­raient ces­ser de dis­pa­raître et même, se culti­ve­raient jalou­se­ment jus­qu’à une nou­velle floraison. »

Jean Ras­pail
La hache des steppes, édi­tions Robert Laf­font, 1974

Les totalitarismes du XXe siècle s’intéressaient…

« Les tota­li­ta­rismes du XXe siècle s’intéressaient prin­ci­pa­le­ment à l’embrigadement de la jeu­nesse, enten­dez les ado­les­cents ou les enfants de plus de 10 ans. Le tota­li­ta­risme du XXIe siècle va plus loin. L’enfant est édu­qué – réédu­qué plu­tôt – dès l’école pri­maire, la mater­nelle, voire la crèche. À tra­vers des livres et des exer­cices visant à nier les dif­fé­rences de sexe et d’origine par exemple. »

Jean-Yves Le Gallou
Seize thèses sur la socié­té de pro­pa­gande, Polé­mia, 15 juin 2019

Non content de prévoir ce qui se passerait en Russie…

« Non content de pré­voir ce qui se pas­se­rait en Rus­sie, Léon­tiev géné­ra­li­sait ses pré­dic­tions : Le monde entier pro­gresse vers la même chose, vers je ne sais quel type de socié­té euro­péenne moyenne et vers l’a­vè­ne­ment de je ne sais quel homme moyen. Et on conti­nue­ra à pro­gres­ser jus­qu’à ce que tous se soient fon­dus en une fédé­ra­tion euro­péenne unique.” Toutes les forces contem­po­raines, affir­mait-il, ne sont que l’ins­tru­ment aveugle de la volon­té mys­té­rieuse qui, pas à pas, cherche à démo­cra­ti­ser, à éga­li­ser, à mêler les élé­ments sociaux de toute l’Eu­rope Romaine-ger­ma­nique pour com­men­cer, et puis, qui sait, de l’hu­ma­ni­té tout entière”.
Le vision­naire dénon­çait Procuste.
Il fai­sait plus que le dénon­cer. Sous cou­leur de com­pa­rer la Rus­sie à Byzance, il a fait une théo­rie de l’His­toire qui est en réa­li­té une onto­lo­gie dia­lec­tique de la différence. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés