Thème

Citations sur la conscience

Qu’ils le sachent ou non, les hommes sont dépendants de leurs représentations…

« Qu’ils le sachent ou non, les hommes sont dépen­dants de leurs repré­sen­ta­tions, de leurs idées, même incer­taines, mêmes incons­cientes. Aus­si n’est-il pas faux de pré­tendre que les idées mènent le monde, quelle que soit la cause de leur for­ma­tion. En dépit des appa­rences, les actions humaines ne sont pas déter­mi­nées par l’utilitaire, mais par des sys­tèmes de valeurs en conflit. Et tou­jours se pose­ra l’obligation de gagner la bataille des idées ou d’être ter­ras­sé dans sa sub­stance même. »

Domi­nique Venner
His­toire et tra­di­tion des Euro­péens, Édi­tions du Rocher, coll. His­toire, 2002

L’essentiel n’est pas de vivre, c’est d’avoir une raison de vivre…

« L’essentiel n’est pas de vivre, c’est d’avoir une rai­son de vivre. […] Il faut trou­ver une rai­son qui ne s’assouvisse pas et se renou­velle. Voi­là le secret de ce que des esprits trop indul­gents pour eux-mêmes appellent notre cruauté. »

Jean Gio­no
Le Mou­lin de Pologne, édi­tions Gal­li­mard, 1953

Le petit homme contemporain sait comment il se nomme…

« Le petit homme contem­po­rain sait com­ment il se nomme et de qui il est direc­te­ment issu. Là se borne sa cer­ti­tude. Et encore… De la notion du temps, il ne reçoit qu’une per­cep­tion hori­zon­tale, quelque chose de déri­soi­re­ment limi­té. Dans l’éruption conti­nue à la sur­face de la terre, il se retrouve agglo­mé­ré à des mil­liards d’autres hommes… De la per­cep­tion ver­ti­cale, celle qui se hausse par l’échelle du pas­sé, et qui lui ren­drait sa noblesse, quelle que soit la modes­tie de son lignage, il n’a pas conscience. Sou­vent il la refuse. Débar­ras­sé de ce bagage, il s’imagine cou­rir plus vite ! Il galope en rond, le petit homme, comme une carne au bout d’une longe, avec son ano­ny­mat pour piquet. Il n’en sor­ti­ra jamais. Alors ? […]
Il ne sait rien. En quoi cela le concerne-t-il ? Il se tient seul, au centre de sa vie pas­sa­gère, entre son père et son fils, bornes extrêmes de son exis­tence […] Alors vous mesu­rez com­bien immense et proche est le désert… Je trouve cela inad­mis­sible, révol­tant, incroyable, navrant. Je demeure per­sua­dé que la chaîne res­ta long­temps solide et qu’elle com­men­ça à se perdre à l’aube du monde moderne, quand les hommes s’éloignèrent du vrai pour s’occuper de balivernes. »

Jean Ras­pail
La hache des steppes, édi­tions Robert Laf­font, 1974

Avec le temps, la consommation et la production…

« Avec le temps, la consom­ma­tion et la pro­duc­tion à la chaîne rétré­cissent l’individu, au sens où ses facul­tés inex­pri­mées s’atrophient et le rendent moins capable de diver­si­té, d’originalité, d’adaptation et d’autosuffisance. Sa dépen­dance aux biens fabri­qués et à des ser­vices de plus en plus diver­si­fiés gran­dit. Sa confiance en ses capa­ci­tés dimi­nue ; devant le moindre pro­blème, il fait appel aux experts. Il laisse la conduite des affaires publiques aux poli­ti­ciens, votant tan­tôt pour un par­ti, tan­tôt pour l’autre, mais sans avoir l’impression d’y chan­ger grand chose. Fina­le­ment, il en arrive à avoir si peu confiance en lui et en ses pos­si­bi­li­tés d’influer sur le cours des choses qu’il est désa­bu­sé. Le sen­ti­ment d’impuissance qui l’envahit l’empêche d’envisager même la pos­si­bi­li­té que la situa­tion change. Et quand on se sent ain­si, il faut taire sa conscience ; car la conscience des injus­tices dans le monde, des menaces à la vie, de l’inutilité même de sa vie en même temps que le sen­ti­ment d’impuissance devant les pos­si­bi­li­tés d’y chan­ger quoi que ce soit s’avère une situa­tion intolérable. »

Serge Mon­geau
La sim­pli­ci­té volon­taire, plus que jamais…, 1985, édi­tions Eco­so­cié­té, 2005

Toi seule es jeune, ô Cora ; toi seule es pure, ô Vierge…

« Toi seule es jeune, ô Cora ; toi seule es pure, ô Vierge ; toi seule es saine, ô Hygie ; toi seule es forte, ô Vic­toire. Les cités, tu les gardes, ô Pro­ma­chos ; tu as ce qu’il faut de Mars, ô Aréa ; la paix est ton but, ô Paci­fique. Légis­la­trice, source des consti­tu­tions justes ; Démo­cra­tie, toi dont le dogme fon­da­men­tal est que tout bien vient du peuple, et que, par­tout où il n’y a pas de peuple pour nour­rir et ins­pi­rer le génie, il n’y a rien, apprends-nous à extraire le dia­mant des foules impures. Pro­vi­dence de Jupi­ter, ouvrière divine, mère de toute indus­trie, pro­tec­trice du tra­vail, ô Erga­né, toi qui fais la noblesse du tra­vailleur civi­li­sé et le mets si fort au-des­sus du Scythe pares­seux ; sagesse, toi que Zeus enfan­ta après s’être replié sur lui-même, après avoir res­pi­ré pro­fon­dé­ment ; toi qui habites dans ton père, entiè­re­ment unie à son essence ; toi qui es sa com­pagne et sa conscience ; éner­gie de Zeus, étin­celle qui allumes et entre­tiens le feu chez les héros et les hommes de génie, fais de nous des spi­ri­tua­listes accomplis. »

Ernest Renan
Prière sur l’Acropole, 1865, in Sou­ve­nirs d’en­fance et de jeu­nesse, 1883

Cette déposition de la conscience personnelle instinctive…

« Cette dépo­si­tion de la conscience per­son­nelle ins­tinc­tive au pro­fit de la conscience indus­trielle est le sceau de l’é­poque moderne, la marque impo­sée par elle sur le bras des esclaves. Et ce signa­le­ment dis­tingue si par­fai­te­ment les hommes de notre temps de ceux des autres siècles qu’on le véri­fie sous tous les régimes, qu’ils soient tota­li­taires ou qu’ils se disent libéraux. »

Mau­rice Bardèche
Sparte et les Sudistes, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1969

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés